Remettre un cheval au travail


En cette période hivernale, pendant les vacances d’été ou bien tout simplement suite à une blessure du cheval ou du cavalier, il arrive qu’un cheval soit arrêté plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Démusclé et peut-être aimaigri (ou bien au contraire, en surpoids !), votre cheval n’est sans doute pas dans un très bon état. Remettre un cheval au travail doit se faire de manière très progressive, pas question de retourner sur les terrains de concours dès la première semaine ni d’enchaîner les séances intensives !

La remise en état d’un cheval passe par une alimentation adaptée (un point très important, qui sera traité dans un autre article) et un travail progressif.

Le cheval reviendra naturellement à son état d’origine (poids et musculature) si vous suivez un programme correctement préparé.
Dans cet article, je vous propose un petit planning de travail. A adapter, bien sûr, en fonction de votre disponibilité et de l’état physique de votre cheval.

Avant de commencer : le bilan santé !

Avant même de commencer la remise au travail, il est fortement conseillé (voire impératif si votre cheval a été arrêté pendant longtemps) de faire appel à des professionnels de santé. Et notamment, le vétérinaire. Demandez-lui de faire un petit bilan de santé de votre équidé. Il pourra également vous proposer un régime alimentaire adapté ou encore vous conseiller de faire appel à d’autres professionnels, selon les besoins : ostéopathe, dentiste et/ou maréchal ferrant.

Ce n’est qu’une fois que vous serez certain que votre équidé est prêt physiquement à reprendre le travail que vous pourrez attaquer la remise en route.

Quel rythme de travail ?

Le rythme de travail est à adapter en fonction de votre disponibilité et de l’état général de votre cheval. Néanmoins, il est fortement recommandé de ne faire que des séances courtes dans un premier temps, et de préférence espacées d’une journée de repos. Travailler votre cheval 4 jours de suite pour le laisser au pré 3 jours après, n’est évidemment pas l’idéal

Si vos disponibilités ne permettent pas de le faire travailler un jour sur deux, pensez à jongler avec la difficulté des séances pour équilibrer la semaine : une « grosse » séance doit être suivie d’une séance très légère, de préférence constituée d’étirements et autres exercices de « stretching » pour muscler votre cheval en douceur tout en lui évitant de désagréables et douloureuses courbatures.

Remettre un cheval au travail : le planning !

Semaine 1

On oublie le travail monté et on se concentre sur le travail à pied : en longe ou en liberté, avec des protections de travail pour éviter toute blessure. Libéré du poids du cavalier, les muscles de votre cheval seront moins sollicités et la reprise du travail n’en sera que plus douce. Evitez toutefois les longues rênes, par mesure de sécurité.

La première séance est très light. Elle consiste à longer votre cheval, principalement au pas et au trot, pendant environ 1/4 d’heure, 20 minutes au maximum. Variez la taille des cercles, sans jamais faire tourner votre équidé sur un cercle trop petit au risque de lui bousiller les articulations et de tirer sur les jarrets. Partez sur des lignes droites, et arrêtez votre cheval fréquemment pour vous assurer qu’il reste bien disponible et à l’écoute.

Faites-le tourner aux deux mains afin de travailler les deux côtés et ainsi éviter d’obtenir un cheval souple à une main et complètement raide de l’autre côté (voir notre article sur la dissymétrie naturelle du cheval).

Le travail à la longe permet de remuscler un cheval dans de bonnes conditions.

Le travail à la longe permet de remuscler un cheval dans de bonnes conditions.

Les jours suivants, introduisez peu à peu le galop, sans pour autant le laisser partir en rodéo. Privilégiez les larges cercles afin de l’aider à garder son équilibre et faites de fréquentes transitions pour maintenir son attention tout en vérifiant son obéissance. Insistez progressivement sur les élargissements et rétrécissements de cercle, sans pour autant mettre votre cheval en difficulté.

La durée des séances de longe pourra progressivement être augmentée, jusqu’à une demi-heure en fin de semaine (15 minutes à chaque main). A condition toutefois de rester à l’écoute de votre cheval et de faire de courtes mais fréquentes pauses.

Vous pourrez également alterner la longe avec des balades au pas en extérieur, toujours à pied, ponctuées de pauses brouting. Bonnes pour le moral de votre équidé, elles contribueront également à le muscler en douceur !

Semaine 2

La seconde semaine comportera du travail à pied ainsi que du travail monté. Vous pouvez, si vous le désirez, remplacer tout ou partie des séances de longe par des séances de longues rênes. A condition toutefois de savoir vous en servir ! (voir notre article : « Bien débuter aux longues rênes« ).

Travail à pied

Les longues rênes permettent un travail plus précis que la longe, puisque le cavalier (devenu piéton) peut plus facilement contrôler les hanches. Vous pourrez ainsi continuer les séances de la première semaine, en y ajoutant quelques mobilisations latérales (légères épaules en dedans et légères contre-épaules en dedans).

Continuez de travailler sur la réactivité et l’obéissance de votre cheval, demandez des allures plus actives et recherchez l’impulsion ainsi que la tension du dos. Si vous êtes friands des enrênements, vous pouvez utiliser des élastiques (ou un autre enrênement, selon votre expérience et votre cheval) pour le faire descendre et favoriser la tension de la ligne du dessus. Je conseille toutefois de s’en passer, à moins que votre cheval n’ait tendance à complètement renverser son encolure et à se muscler à l’envers. Dans tous les cas, n’oubliez jamais de demander une impulsion suffisante : là est la clé de tout travail !

Travail monté

Le travail monté sera encore très light : deux ou trois fois dans la semaine, partez en balade. Privilégiez le pas et optez pour des chemins avec du dénivelé pour continuer de muscler votre cheval, tout en lui faisant travailler son souffle.

Partir en balade, à pied ou monté, permettra de remuscler votre cheval en douceur tout en préservant son moral.

Partir en balade, à pied ou monté, permettra de remuscler votre cheval en douceur tout en préservant son moral.

Semaine 3

La remise en route commence à porter ses fruits ! Cette semaine, vous allez pouvoir accentuer le travail monté, toujours en extérieur : lors des balades, demandez des allures plus actives, partez à la recherche de dénivelés, et faites davantage de transitions. Pensez à demander des arrêts fréquemment et à rétablir le calme dès que votre cheval commence à chauffer : un cheval qui s’énerve se fatigue en effet beaucoup plus vite !

Durant ces promenades, vous pouvez commencer à reprendre le contact, demander davantage d’impulsion, une tension de la ligne du dessus… Et même faire quelques exercices d’assouplissements tels que des épaules en dedans / contre-épaules en dedans, des extensions d’encolure… Le tout au pas, et éventuellement au trot si vous estimez que votre cheval est prêt. Attention toutefois à ne pas vouloir aller trop vite : si vous sentez que votre cheval doit forcer pour exécuter vos demandes, repoussez-les à une séance ultérieure.

Vous pouvez également faire des trottings, de courte durée au départ : 10 minutes de pas actif, 2 minutes de trot, 5 minutes de pas, 2 minutes de trot, 5 minutes de pas, 5 minutes de trot… Au fil des séances, augmentez le temps de trot ou réduisez le temps de récupération. Vous pourrez même y inclure quelques minutes de galop !

A la fin de chaque séance, faites au moins 10 à 15 minutes (voire plus !) de pas rênes longues, pour aider votre cheval à reprendre son souffle. Demandez quelques extensions d’encolure pour lui faire tirer son dos et lui épargner les courbatures.

Semaine 4

Le cheval a maintenant récupéré tout ou partie de son souffle, est plus équilibré et bien à l’écoute. Et surtout, il a le moral ! Vous pouvez donc débuter le travail « sérieux », aussi bien monté qu’attelé (si votre cheval est un cheval d’attelage).

Vous pourrez ainsi lui demander une mise en place, des cessions à la jambe et appuyers (au pas d’abord, puis au trot, voire même au galop si le geste est parfaitement fluide et ne présente pas de difficulté particulière pour votre monture). Vous pourrez sauter quelques petits obstacles au trot puis au galop, rallonger la durée des trottings, faire des séances de longe et/ou de longues rênes plus techniques…

Mais là encore, allez-y progressivement et n’oubliez pas de faire étirer votre cheval et de lui accorder un ou deux jours de repos dans la semaine afin de lui éviter des douleurs.

Après un mois de longe, de balades et de trottings, votre cheval sera suffisamment en forme pour reprendre le travail sérieusement.

Après un mois de longe, de balades et de trottings, votre cheval sera suffisamment en forme pour reprendre le travail sérieusement.

Semaine 5 et plus

Théoriquement, votre cheval est prêt pour reprendre le travail sérieusement. Encore quelques semaines, et il sera fin prêt pour la reprise des concours !

Pour son bien-être, autant physique que moral, n’oubliez pas de partir régulièrement en trotting/galoping (améliore le souffle), de faire de longues balades dans des allures lentes en privilégiant les dénivelés (pour le souffle et les muscles), de faire des sessions de « stretching » pour l’assouplir… et de lui accorder des moments privilégiés : pansage à fond, brouting, balade en main… Il n’y a pas que le travail dans la vie !

Bilan

Pour résumer, remettre un cheval au boulot c’est :

En suivant ce programme, votre cheval devrait être en mesure de reprendre le travail sérieux en un mois. Vous pouvez bien sûr gagner du temps en utilisant des artifices (enrênements et compagnie), cependant vous risqueriez ainsi de lui causer des courbatures ou pire, des douleurs articulaires et/ou musculaires. Rien ne sert de vouloir aller trop vite !

Et vous, comment procédez-vous pour remettre un cheval au travail ? Suivez-vous un planning ou bien faites-vous « au feeling » ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières durant la remise en état de votre équidé ? Dîtes-nous tout !

 

Remettre un cheval au travail
5 (100%) 1 vote


Commentairess 9

  1. Teahu 2 juillet 2015
    • kawelo 3 juillet 2015
  2. Teahu 3 juillet 2015
    • kawelo 4 juillet 2015
  3. Romane 7 août 2015
    • kawelo 7 août 2015
  4. capu 6 août 2016
  5. kawelo 6 août 2016
  6. Sarah 10 septembre 2016