Publié le 13/01/2021
Auteur :
Catégorie : Maladies et blessures

Maladies et blessures L’arthrose chez le cheval

L’arthrose est une maladie de plus en plus diagnostiquée chez les chevaux. Comment gérer cette maladie, et quelle vie attend le cheval atteint de cette pathologie ? Cheval Partage vous dit tout !

Table Of Contents

Qu’est-ce que l’arthrose ?

Rappel sur les articulations

Avant de vous expliquer ce qu’est l’arthrose, faisons tout d’abord un rappel sur les articulations :

Une articulation est la jonction entre deux extrémités osseuses. Elle permet la mobilité d’un membre. Par exemple, le coude est l’articulation qui permet de plier ou déplier le bras. Elle se compose :

  • de cartilage, à savoir un tissu qui recouvre l’extrémité de l’os. Il amortit les chocs, et réduit les frictions entre les structures osseuses,
  • de ligaments, c’est-à-dire le liant de l’articulation. Aussi résistants que flexibles, ils permettent de garder l’articulation à sa place.
  • d’une membrane synoviale. On y retrouve le liquide synovial, qui permet de lubrifier l’articulation.

Le tout est tenu dans une capsule articulaire.

Schéma d’une articulation saine © Doctissimo

L’arthrose : une pathologie des articulations

L’arthrose est une maladie dégénérative qui s’attaque aux articulations, et plus précisément à leur cartilage.

Peu à peu, le cartilage est détruit. Et comme il ne peut se renouveler, les frictions des surfaces osseuses sont de plus en plus importantes. Le mouvement de l’articulation en devient douloureux.

L’arthrose peut être due à divers facteurs. On sait que le surmenage articulaire (carrière sportive) ou encore le surpoids favorisent l’arrivée de l’arthrose. On rencontre également des facteurs génétiques ou traumatiques.

Comment savoir si votre cheval a de l’arthrose ?

L’arthrose est très répandue chez les chevaux, en particulier chez les sujets plus âgés. Mais, comment savoir si votre cheval en est atteint ?

Les symptômes les plus courants de l’arthrose

Voici les 3 symptômes les plus courants, qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille :

Raideurs et boiterie à froid

Tout d’abord, la plus connue est la boiterie à froid.

Cela se traduit par un cheval très raide (voire boiteux) en début de séance. Le cheval peut avoir du mal à tourner ou à engager. Généralement, les choses s’améliorent en cours de séance.

De manière plus générale, il est possible de constater des raideurs même en dehors des séances de travail. Par exemple, Kawelo a suspecté un problème chez sa jument simplement en la brossant : Joye rechignait à donner ses pieds avant le travail, et se montrait bien plus coopérative après la séance.

L’inflammation de l’articulation

L’arthrose engendre une inflammation au niveau de l’articulation atteinte.

Passez votre main sur ladite articulation : vous ressentirez peut-être une sensation de chaleur, que vous ne percevrez pas sur un membre sain.

Des craquements

Dernier symptôme assez courant : les craquements.

Vous avez déjà entendu des bruits de craquement lorsque votre cheval marche ? Cela peut être un signe d’arthrose.

Diagnostiquer l’arthrose du cheval avec une visite vétérinaire

Même si certains symptômes peuvent vous alerter, le seul moyen de confirmer précisément l’arthrose c’est de demander à votre vétérinaire d’effectuer des radios.

Suite à un examen pour observer le cheval à froid (au trot, en ligne droite, en cercle, sur sol dur et sol mou), le vétérinaire va prendre des clichés des membres qu’il pense atteint.

Comptez entre 30 et 50€ par cliché, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre vétérinaire. Les clichés peuvent être faits dans votre écurie ou en clinique vétérinaire.

Retrouvez Cheval Partage sur YouTube

Cheval partage a désormais sa propre chaîne YouTube. Abonnez-vous pour être sûr de ne rater aucune de nos vidéos ! Au programme des prochaines vidéos : séances commentées, tests de produits, tutoriels, idées d’exercices, réflexions équestres… Mais toujours dans le respect et l’amour du cheval.

Abonnez-vous

Quelle vie pour un cheval atteint d’arthrose ?

Les conditions de vie du cheval arthrosé

Un cheval qui souffre d’arthrose a dû mal à supporter 2 choses :

  • l’immobilité,
  • l’humidité.

Le mouvement sera le meilleur ami de votre cheval. Aussi, évitez de l’enfermer dans un box 23h/24.

On conseillera généralement de laisser le cheval arthrosé au pré, toute la journée et toute l’année. Ou au moins, de lui faire bénéficier du plus grand nombre d’heures de paddock possibles par jour, si la vie en box n’est pas évitable.

Cependant attention : l’humidité est le deuxième pire ennemi pour votre cheval. J’en ai malheureusement fait l’expérience, c’est pour cela que cet article me tient à coeur.

Durant un automne, j’ai souhaité que mon cheval (atteint d’arthrose à l’antérieur droit et au jarret gauche) profite au maximum de sa vie en extérieur. C’est donc tout naturellement que j’ai demandé au gérant de l’écurie de le laisser dormir dehors le plus longtemps possible. Je me disais que c’était le mieux pour lui.

Un matin où le temps était humide, je suis allée voir mon cheval, persuadée que cette nuit dehors lui avait fait du bien. Je l’ai retrouvé au fond du pré, complètement prostré. En me voyant arriver, il a essayé de marcher et il est malheureusement tombé dès qu’il a posé son antérieur droit au sol.

Ses articulations le faisaient tellement souffrir à cause de l’humidité qu’il ne bougeait plus…

Il a finalement bien apprécié la chaleur d’un box bien paillé, ainsi que ses guêtres chauffantes. Pour moi qui aurait voulu lui offrir une vie en paddock paradise, je crains que durant l’automne et l’hiver, il souffre plus qu’autre chose de cette vie totalement dehors.

À l’inverse, la jument de Kawelo (elle aussi atteinte d’arthrose) vit en paddock paradise tout au long de l’année. Et cela ne semble pas lui poser le moindre problème.

C’est pour cela qu’on ne vous le dira jamais assez : écoutez votre cheval ! Lui seul sait ce qui est vraiment bon pour lui.

Quel travail pour le cheval atteint d’arthrose ?

Est il encore possible de travailler un cheval qui a de l’arthrose ? La réponse est oui et surtout oui.

On serait vite tenté de se dire qu’avec ce problème de santé, il a besoin d’être en retraite. Mais encore une fois : le cheval arthrosé a besoin de mouvement.

De plus pour éviter que le squelette soit le seul à porter le corps de votre cheval, il est important qu’il reste dans une bonne condition physique, avec une bonne musculature. Le surpoids est également à proscrire afin de soulager ses articulations.

En revanche, le travail doit être adapté :

  • Limitez fortement (voire supprimez) les séances de saut d’obstacles,
  • Évitez de tourner court,
  • Limitez les séances de longe – si pour vous longer signifie « tourner en rond ». Privilégiez le travail en ligne droite et sur des courbes très larges,
  • Soyez vigilant concernant le sol : privilégiez un sol dur afin de ne pas trop solliciter les articulations.

La détente est le moment clé de la séance. Elle doit être longue et lente, personnellement je ne demande rien avant d’avoir fait au moins 20 minutes de pas rênes longues. Au fil de la détente, je demande simplement de l’activité et de la tonicité.

Il est important de varier son travail et ses attentes selon la saison et la météo. Par temps humide, ma détente durera plutôt 30 à 40 mins de pas. Là encore, c’est votre cheval qui vous dira quand il se sent prêt. Restez à son écoute !

De plus, le trot est une allure qui sollicite énormément les articulations. Après votre détente au pas, passez directement au galop (petit galop rênes longues) afin de finir d’échauffer ses muscles. Vous pourrez trotter ensuite.

Plus généralement, les balades au pas sont particulièrement intéressantes pour l’entretien quotidien du cheval arthrosé.

L’arthrose chez le cheval : comment la soigner ?

Malheureusement, il n’existe pas de traitement pour soigner définitivement l’arthrose. Mais de nombreux compléments permettent de soulager votre cheval.

Soulager l’arthrose avec la médecine traditionnelle

Lors d’une crise inflammatoire, le vétérinaire peut préconiser des anti-inflammatoires à donner pendant plusieurs jours.

Le souci des anti-inflammatoires, c’est que lorsqu’ils sont pris de manière chronique (comme peut l’être l’arthrose) ils peuvent amener des troubles gastriques, et notamment l’apparition d’ulcères (toxicité gastro-intestinale). En soignant un mal, on peut potentiellement en créer un autre…

En traitement de fond pour soulager votre cheval, il est conseillé de lui donner en complément de la glucosamine. Elle a un rôle de lubrifiant mais aussi elle permet de ralentir la dégradation du cartilage.

En plus de la glucosamine, le méthyl-sulfonyl-méthane (MSM pour les intimes) est un excellent complément alimentaire. Il permet de maintenir l’élasticité de l’articulation ainsi que l’état des cartilages. Le MSM diminue également les inflammations et les raideurs articulaires.

Si votre cheval est réellement très atteint et que les anti-inflammatoires et les compléments ne suffisent plus à le soulager, votre vétérinaire pourra vous proposer de réaliser des infiltrations.

Cela consiste à injecter un produit pour soulager les douleurs directement à l’intérieur de l’articulation. Pour avoir moi-même subi une infiltration, il faut reconnaitre que le traitement reste assez désagréable, mais parfois nécessaire. Dans le cas de mon cheval, mon vétérinaire a estimé que les infiltrations n’étaient pas nécessaires et créeraient un inconfort inutile. Mais il ne faut pas rester fermé à cette possibilité.

Soulager l’arthrose avec la médecine alternative

Il existe également plusieurs options pour soulager votre cheval naturellement.

Tout d’abord, vous pouvez essayer des anti-inflammatoires naturels. De nombreuses plantes ont des vertus anti-inflammatoires. Les plus connues sont :

  • l’harpagophytum
  • la fleur de cassis
  • la reine des prés
  • le curcuma

Il est possible de donner chaque plante séparément, mais aussi d’en combiner plusieurs en même temps. Procédez par cure.

Attention, l’harpagophytum est considéré comme un produit dopant et ne doit pas être utilisé avant une compétition. Il est en outre à proscrire sur les chevaux sujets aux ulcères (et autres problèmes gastriques).

De plus, un suivi ostéopathique pourra être intéressant pour apporter du bien-être à votre équidé. L’ostéopathe équin va en effet contribuer à l’entretien de sa souplesse via l’élimination d’éventuels blocages. Car oui, si votre cheval est « bloqué de partout », il aura tendance à limiter ses déplacements. Or, on l’a vu, le mouvement est la clé chez le cheval souffrant d’arthrose.

Vous pouvez également faire venir un praticien shiatsu pour votre cheval. Une séance de shiatsu soulagera sa douleur articulaire, tout en lui procurant un moment de détente. Lors d’une crise inflammatoire, une séance s’avère réellement bénéfique. Prévoir régulièrement des séances est un plus pour le bien-être de votre équidé.

Enfin, comme vous avez pu le voir dans un précédent article, les sangsues permettent de réduire l’inflammation. Aussi, une séance d’hirudothérapie pourra soulager votre cheval.

Un parage et une nourriture adaptés

Enfin, un parage adapté (et régulier !), réalisé par un professionnel compétent, permettra à votre cheval de retrouver une certaine mobilité tout en soulageant ses articulations.

Quant à la nourriture, privilégiez le sans-céréales et le foin à volonté. L’excès de céréales contribuerait en effet au développement de l’arthrose chez le cheval.

J’espère que cet article a pu aider les propriétaires de chevaux atteints d’arthrose ! N’hésitez pas à nous partager votre expérience vis-à-vis de l’arthrose, que ce soit en termes de soins, de travail… La section des commentaires vous attend !

Amoureuse des chevaux depuis mon enfance, je suis devenue cavalière durant mon adolescence. Actuellement, propriétaire mon cheval, je cherche sans cesse à améliorer son quotidien et à toujours aller plus loin dans ma compréhension de l'animal. Quand je ne suis pas aux écuries, je suis assistante commerciale dans la grande distribution.

Poster un commentaire

Ces articles peuvent également vous intéresser :

ulcères gastriques chez le cheval en box

Les ulcères gastriques chez le cheval

Pour bien comprendre les ulcères, il faut connaître un petit peu l’anatomie de l’estomac. L’estomac est une poche de 15L environ, qui se remplit du bol alimentaire du cheval. La particularité chez le cheval, c’est que l’estomac ne se vide, […]

Lire la suite

Le syndrome piro-like (piroplasmose et cie)

Aujourd’hui, on a choisi de vous parler un peu Piroplasmose ! C’est une maladie dont vous avez sûrement entendu parler, car elle touche chaque année de nombreux chevaux, avec des signes cliniques parfois frustes – c’est-à-dire pas évidents à observer. Mais […]

Lire la suite

cryptorichidie cheval

La cryptorchidie chez le cheval

Kézako ? La cryptorchidie est le fait pour une cheval de n’avoir qu’un (cryptorchidie unilatérale) ou aucun testicule (cryptorchidie bilatérale) en place dans le scrotum. Aujourd’hui, je viens justement vous expliquer tout ça ! La descente testiculaire Pour mieux comprendre […]

Lire la suite

  • Suivez-nous sur les réseaux sociaux

    0 Partages
    Partagez
    Enregistrer
    Tweetez