Publié le 19/03/2019
Auteur :
Catégorie : Maladies et blessures

Maladies et blessures La Dermatophilose, dite “la gale de boue”

En cette saison parfois pluvieuse, la dermatophilose, plus connue sous le nom de « gale de boue », revient taquiner les paturons de nos chevaux. Contagieuse et parfois douloureuse, cette infection doit être surveillée.

Les symptômes de la gale de boue

Aussi appelée gale de boue, la dermatophilose est une infection touchant principalement le creux des paturons. Ses symptômes sont facilement reconnaissables:

  • inflammation
  • zone suintante
  • perte de petites touffes de poils
  • apparition de nombreuses croûtes, sans démangeaisons
  • membre douloureux
  • engorgement

Dans le cas où l’infection prend de l’ampleur, cela peut aller jusqu’à des défauts de locomotion, voire des boiteries.

L’ensemble du corps peut toutefois être affecté par la dermatophilose. Chez les chevaux vivant au pré l’on retrouve notamment la ligne du dessus, l’encolure ou même les flancs du fait de l’humidité liée à leurs conditions de vie. Gare donc aux couvertures de mauvaise qualité qui pourraient emmagasiner l’eau sur le dos des chevaux.

Attention à ne pas confondre dermatophilose avec d’autres affections de la peau aux symptômes similaires. On retrouve notamment la gale du pied (due à un acarien), la teigne, les poux ou encore bien d’autres pouvant affecter leur épiderme.

Pour finir de vous rassurer, la très connue gale, n’a rien à voir avec la gale de boue ! Il s’agit uniquement d’un abus de langage, dû à la similarité de leurs symptômes. La gale est causée par des acariens qui creusent des galeries sous la peau, engendrant les fameuses démangeaisons. Il s’agit d’une zoonose extrêmement contagieuse qui peut se transmettre à l’homme. La gale de boue est également contagieuse mais dans une moindre mesure. Elle ne se transmet pas à l’homme.

Plusieurs éléments peuvent vous aider à faire la différence entre ces différentes maladies :

  • Quelles sont les zones concernées ?
  • Quel aspect prend la partie affectée ? (Suintante, perte de poils en forme de cercle, engorgement…)
  • Votre cheval se gratte-t-il ?

Tout ceci sont autant d’indices qui vous permettront de déterminer ce qui tracasse votre compagnon ! Toutefois, seul l’examen d’un échantillon en laboratoire peut déterminer de façon certaine la cause de l’affection.

Cause de la gale de boue

La gale de boue se développe lorsque le cheval vit dans un environnement humide.

La gale de boue est due à la bactérie Dermatophilus congolensis. Cette dernière affectionne particulièrement l’humidité, qu’elle soit due à la transpiration (voir comment bien sécher son cheval après le travail) ou la stagnation d’eau. Une pâture boueuse ou une litière mal entretenue favorisent donc son développement. L’hydromorphie du sol sur lequel les chevaux sont travaillés a également toute son importance.

La Dermatophilus congolensis proliférant en milieu humide, chaque année l’on peut observer une recrudescence de la gale de boue entre l’automne et le printemps. La vigilance est cependant de mise toute l’année, y compris lors des fortes pluies d’été !

La présence d’un agent pathogène rend la maladie contagieuse ! La transmission entre individus peut se faire par simple contact direct entre deux chevaux ou via le matériel.

Ainsi, il est nécessaire de respecter 3 consignes sanitaires simples :

Retrouvez Cheval Partage sur YouTube

Cheval partage a désormais sa propre chaîne YouTube. Abonnez-vous pour être sûr de ne rater aucune de nos vidéos ! Au programme des prochaines vidéos : séances commentées, tests de produits, tutoriels, idées d’exercices, réflexions équestres… Mais toujours dans le respect et l’amour du cheval.

Abonnez-vous

Comment soigner la Dermatophilose ?

Adapter l’environnement

La gale de boue se résorbe généralement spontanément. Il est préférable, dans un premier temps, de laisser telle quelle la zone infectée, et de se contenter d’y limiter l’humidité.

L’environnement dans lequel évolue le cheval est donc le premier point à prendre en compte.

L’humidité permanente doit impérativement être supprimée et l’hygiène assurée. Idéalement, déplacez-le sur un terrain avec un sol plus sec, afin de le maintenir dans un environnement sain. La gestion des parcelles est un élément clé dans le bien-être du cheval, et la préservation de sols de qualité.

Voici également quelques astuces pratiques pouvant être mises en place afin d’optimiser leur lieu de vie :

  • Changer régulièrement la zone où l’alimentation est distribuée afin de limiter le piétinement ;
  • De même pour le point d’accès à l’eau ;
  • Si possible faire varier également l’emplacement de la porte ;
  • Pailler l’abri régulièrement ;
  • Et quelques autres points auxquels veiller en hiver.

Dans le cas de pâtures excessivement boueuses et si aucune autre parcelle ne s’offre à vous, il peut être recommandé de rentrer temporairement le cheval au box.

Afin d’éviter ce désagrément l’hiver prochain vous pouvez stabiliser les zones les plus critiques du pré. Plusieurs méthodes existent selon les budgets : sable, caillebotis, dalles…

Evitez également de mettre des bandes à votre cheval car elles retiendront l’humidité.

Soigner la dermatophilose

Si la dermatose persiste le traitement passe alors par des actions locales :

  • Tondre la zone infectée peut permettre d’empêcher les poils de retenir l’eau et d’assainir la zone, surtout pour les membres ;
  • Nettoyer avec un savon antiseptique afin d’éliminer les bactéries. Veillez à sécher parfaitement la zone, puis protégez à l’aide d’une pommade grasse (sans eau) qui jouera également un rôle apaisant. La vaseline convient très bien et peut être trouvée sous forme soufrée, ce qui lui confère un pouvoir antiseptique.
  • Attention aux désinfectants usuels qui pourraient agresser la peau déjà sensible. Il est préférable d’utiliser des produits spécialisés, dont certains contiennent de faibles doses d’antibiotiques.
La gale de boue est contagieuse, pensez à porter des gants lors des soins.
Le port de gants permet de maintenir l’hygiène de la plaie et d’éviter de transmettre la bactérie à d’autres chevaux

Dans les rares cas où les traitements locaux sont insuffisants, le vétérinaire prescrira un antibiotique administré par voie générale.

Source : RESPE

Cavalière polyvalente depuis maintenant 17 ans, je suis accompagnée par mes deux acolytes :ma petite jument et son poulain. Éthologie, santé, nutrition et bien-être animal me passionnent. Mes études se poursuivent donc actuellement en école d'ingénieure agronome.

Poster un commentaire

Ces articles peuvent également vous intéresser :

L’arthrose chez le cheval

L’arthrose est une maladie de plus en plus diagnostiquée chez les chevaux. Comment gérer cette maladie, et quelle vie attend le cheval atteint de cette pathologie ? Cheval Partage vous dit tout ! Qu’est-ce que l’arthrose ? Rappel sur les […]

Lire la suite

ulcères gastriques chez le cheval en box

Les ulcères gastriques chez le cheval

Pour bien comprendre les ulcères, il faut connaître un petit peu l’anatomie de l’estomac. L’estomac est une poche de 15L environ, qui se remplit du bol alimentaire du cheval. La particularité chez le cheval, c’est que l’estomac ne se vide, […]

Lire la suite

Le syndrome piro-like (piroplasmose et cie)

Aujourd’hui, on a choisi de vous parler un peu Piroplasmose ! C’est une maladie dont vous avez sûrement entendu parler, car elle touche chaque année de nombreux chevaux, avec des signes cliniques parfois frustes – c’est-à-dire pas évidents à observer. Mais […]

Lire la suite

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

Paiement sécurisé

Mon panier
Votre panier est vide :(
Continuer les achats
0
119 Partages
Partagez119
Enregistrer
Tweetez