castration d'un étalon
Publié le 20/10/2017
Auteur :

Élevage La castration : ce qu’il faut savoir

La castration du cheval est un acte qui vise à retirer les capacités du cheval à se reproduire. Le but est donc de retirer les testicules afin de supprimer la production des hormones sexuelles (notamment la testostérone) et de spermatozoïdes.

Pourquoi castrer mon cheval ?

Castrer son cheval s’effectue en général dans un but bien précis. La plupart du temps, il s’agit du choix du propriétaire ou de l’éleveur de ne pas mettre son cheval à la reproduction et donc de se soustraire à la contrainte de garder un cheval entier.

Bien que nombre d’entiers supportent la compagnie de hongres, une bonne partie est voué à une vie en solitaire. Comme pour tout, certains s’en accommoderont, et d’autres seront sans cesse à la recherche de compagnie, des hongres ou des juments. Vous l’aurez compris, la vie d’un entier est plus ou moins difficile à gérer : destruction des clôtures, problèmes comportementaux en main ou au travail, etc.  La castration peut être une solution à ces problèmes.

Certains étalons sont parfois difficiles à gérer

D’autre part, un cheval entier est sujet à diverses pathologies testiculaires ( torsion, tumeur, inflammation, etc…) et la castration permet de prévenir ces risques.

Dans le cas d’un cheval cryptorchide, c’est-à-dire un cheval dont l’un ou les deux testicules sont restés à l’intérieur de l’abdomen, il y a un risque accru de tumeur testiculaire. La castration devient alors plus que conseillée, bien que l’opération soit toutefois plus compliquée qu’une castration classique.

Période et mode opératoire de la castration

A quel âge castrer son cheval ?

La castration est possible à tous les âges, mais certains moments sont plus propices que d’autres !

D’une manière générale, il est possible de castrer son cheval uniquement lorsque les deux testicules sont descendus en dehors de l’abdomen. Cela se produit le plus souvent avant l’âge d’1 an, ou parfois quelques mois après.

Bien qu’il existe des variations individuelles, plus le cheval sera castré tôt, et plus son comportement d’entier sera réprimé. C’est pour cela que l’on conseille de castrer les chevaux au plus jeune âge afin d’éviter les problèmes comportementaux « d’étalon ».

Toutefois, la testostérone produite par les testicules est une hormone qui favorise le développement musculaire notamment. Ainsi, les chevaux sont souvent plus étoffés lorsqu’ils restent entiers plusieurs années.

Certains choisissent donc comme compromis de castrer le cheval vers 2 ou 3 ans, afin qu’il se soit largement développé, sans trop conserver son caractère d’entier.

On évitera malgré tout de castrer un cheval « trop vieux », l’anesthésie étant alors moins bien tolérée.

A quelle période castrer son étalon ?

Concernant le moment de la castration, celui-ci est à définir avec votre vétérinaire.

Cependant, la plupart des castrations sont effectuées au début de l’automne ou au début de printemps : les températures moins élevées rendent l’anesthésie plus tolérable pour les chevaux, mais évite également que la plaie opératoire attire les mouches et s’infecte.

Retrouvez Cheval Partage sur YouTube

Cheval partage a désormais sa propre chaîne YouTube. Abonnez-vous pour être sûr de ne rater aucune de nos vidéos ! Au programme des prochaines vidéos : séances commentées, tests de produits, tutoriels, idées d'exercices, réflexions équestres... Mais toujours dans le respect et l'amour du cheval.

Abonnez-vous

Comment se déroule la castration ?

A nouveau, tout dépend du vétérinaire, de ses installations et du cheval.

Il existe deux principales méthodes de castration : la castration debout ou bien couchée.

La castration debout est la moins lourde pour le cheval. Elle ne nécessite pas d’anesthésie générale, mais simplement une sédation et une anesthésie locale, et est relativement rapide. Elle requiert toutefois que le cheval soit relativement calme, et accepte facilement une palpation scrotale. Elle est également parfois difficile sur les poneys du fait de leur taille.

La castration couchée est de plus en plus pratiquée mais elle induit davantage de risques liés principalement au couchage de l’animal et à la réalisation d’une anesthésie générale. Toutefois, l’anesthésie peut être de courte durée et la position est généralement plus facile pour le vétérinaire. En outre, on s’affranchit des problèmes de « docilité » du cheval.

L’exérèse des testicules se fait, après incision du scrotum, à l’aide d’une pince émasculatrice (pince de Reimers) qui permet dans un premier temps de comprimer le vaisseau irriguant le testicule afin d’éviter les saignements, puis de couper le cordon testiculaire.

Il est possible de réaliser ou non une suture des bourses après exérèse du testicule. Le fait de réaliser une suture permet d’éviter certaines complications , notamment l’éventration. Toutefois, laisser les plaies « ouvertes » favorise leur drainage et évite donc la rétention de saletés ou bactéries pouvant causer une infection.

D’autres méthodes de castration sont également possibles (castration inguinale, par laparoscopie, ou par la méthode des casseaux), mais elles restent très minoritaires, et réalisées dans des cas particuliers.

Après la castration

Les complications inhérentes à la castration du cheval

Après une castration, des complications sont bien évidemment possibles :

  • La principale reste l’hémorragie, bénine ou plus importante, pendant mais aussi après l’opération. Ce risque est normalement géré par le vétérinaire et la réalisation de la compression des vaisseaux par la pince.
  • Une infection est toujours à craindre après une opération, mais plus celle-ci sera courte, moins le cheval sera exposé aux agents infectieux (d’où l’intérêt d’une castration rapide).
  • L’éventration est une des complications les plus graves, mais également la moins fréquente. Cela survient lorsqu’une partie des organes abdominaux passent à travers les anneaux inguinaux du scrotum et ressortent donc de l’abdomen.

Enfin, toutes les complications liés à l’anesthésie et au couchage de l’animal sont également bien évidemment à prendre en compte.

Les soins de l’hongre fraîchement castré

Si la castration est effectuée en clinique vétérinaire, ce dernier va généralement garder le cheval quelques jours afin de gérer les soins post-opératoires et d’avoir une meilleure surveillance.

Si la castration est réalisée chez vous, vous devrez vous en occuper vous-même. Le vétérinaire vous laissera bien entendu des consignes précises sur les suites opératoires. Bien souvent, vous n’aurez qu’à surveiller la bonne évolution de la plaie, et à effectuer si besoin une désinfection du site.

Le cheval devra bien entendu rester au repos plusieurs jours après la castration. Certains recommandent de les laisser au box, d’autres préfèrent les laisser marcher au pré tant que celui-ci n’est pas trop boueux, ces précautions seront à discuter avec votre vétérinaire.

La reprise du travail peut se faire assez rapidement, quelques semaines après l’opération, à condition que la plaie soit belle et en bonne voie de cicatrisation.

A savoir

Il est important de savoir qu’un hongre fraîchement castré reste encore fertile pendant encore environ 2 semaines. Aussi, attention à ne pas le remettre trop tôt avec des juments !

De plus, un hongre gardera son comportement d’étalon pendant quelques semaines à quelques mois, voire plus selon les individus. Bien qu’il existe de nombreuses exceptions, nous pouvons constater que plus un cheval est castré tard, et plus longtemps il conserve son comportement d’étalon.

Vétérinaire de métier, j'adore décrypter et expliquer les maladies du cheval et ses conséquences, et partager les astuces pour entretenir au mieux son cheval.

Poster un commentaire

Commentaires publiés

4 commentaires.

  • bonjour, je m’appelle Tuffery Alicia, j’ai 15 ans, je vais peux être acheter un poulain, il es palomino perle, il va sur ses 3 ans, c’est un entier et je veux le mieux pour lui, je veux qu’il se développe correctement, j’ai peur que si je le fait castrer, il se développe pas correctement, je préférerait le laisse comme il es né, mais ces mon premier cheval, je ses pas trop comment mi prendre, pour qu’il soit bien, beaucoup de monde me disent, que les entiers sont agressif, qu’il sont à moitié sauvage.

  • Bonjour ! Je ne sais pas qui vous a dit ça mais c’est stupide. Les entiers ne sont ni agressifs ni sauvages… Pour peu qu’ils soient bien dans leur tête et dans leur corps ! Comme les hongres et les femelles, ils peuvent vite devenir ingérables s’ils sont cloîtrés au box H24 et isolés de tout contact avec d’autres chevaux. Néanmoins justement, s’il est relativement facile d’offrir des conditions de vie relativement idéales aux hongres et femelles, c’est nettement plus compliqué pour un entier. Pour son bonheur (et le vôtre !), je ne saurai que trop vous conseiller de le castrer. Il ne devrait pas y avoir de soucis sur son développement, après tout la plupart des chevaux sont des hongres, et la castration est une opération très maîtrisée aujourd’hui 🙂

  • Pour ma part j’ak déjà vue un entier et celui ci on voyait très bien qu’il voulait dominer impossible d’aprocher un autre cheval il crier et voulait sortir après cela peut dépendre de la race. 🙂

  • Bonjour,
    J’ai fait castrer mon irish Cob très tôt car j’ai aussi une Merens dans le pré, il a été castré debout…
    TOUT S’EST TRÈS BIEN PASSÉ.
    Par contre le poney je l’ai acheté il avait 10 ans quand je l’ai acheté et fait castré et bien même castré il a gardé son caractère d’étalon…
    Mon irish Cob il mesure 1m60 au garrot…
    Comme quoi castrer un poulain ne ralenti pas sa croissance…
    Ne gardez pas un entier c’est VRAIMENT VRAIMENT VRAIMENT trop dangereux et cela pour tout le monde…

Ces articles peuvent également vous intéresser :

chevaux pieds nus

3 ans pieds nus : mon retour d’expérience

Hier, le 8 juin 2021, ma jument a fêté ses 3 ans pieds nus. Je vous raconte : Pourquoi j’ai passé ma jument pieds nus ? Une jument ferrée uniquement des antérieurs Quand j’étais plus jeune, tous les chevaux et […]

Lire la suite

[Interview] Rencontre avec Alizé, podologue équin

Vous le savez, chez Cheval Partage, nous sommes très préoccupées par la santé et le bien-être des chevaux. Aujourd’hui, j’ai eu envie d’aborder un sujet que l’on traite rarement sur le blog, et qui est pourtant essentiel : la gestion […]

Lire la suite

Faire naître un poulain : quels critères regarder chez sa jument ?

Faire naître, puis voir grandir le poulain de sa propre jument, peut faire rêver. Toutefois la mise à la reproduction demeure un projet qui demande réflexion et anticipation. Étant moi-même passée par là avec ma propre jument, j’ai eu envie […]

Lire la suite

  • Suivez-nous sur les réseaux sociaux

    17 Partages
    Partagez17
    Enregistrer
    Tweetez