Saut d’obstacles : comment gérer un cheval qui charge les barres ?

A l’obstacle, de nombreux chevaux ont tendance à charger les barres, c’est-à-dire accélérer l’allure pour sauter le plus rapidement possible. C’est un comportement néfaste, qui peut même s’avérer dangereux, et que je vous recommande de traiter au plus vite.

A quoi ce comportement peut-il être dû ?

Les causes d’un cheval qui chargent les barres peuvent être multiples :

  • Une mauvaise habitude engendrée par le cavalier, notamment chez le cavalier de compétition : certains confondent en effet vitesse et précipitation sur leurs parcours, et entraînent donc leurs chevaux en ce sens ;
  • Une réaction suite à une douleur, qu’elle soit liée au cavalier (cavalier qui ne suit pas les sauts, qui lui fais mal au dos ou à la bouche…), ou à une blessure quelconque (y compris ancienne) ;
  • Une réaction suite à un stress ou à une peur causée par le cavalier : par exemple si le cavalier a peur de la hauteur ou de la configuration d’un obstacle ;
  • Le cheval lui aussi peut avoir une peur liée à un obstacle en particulier, ou au fait de sauter en général, en particulier s’il a déjà eu des mauvaises expériences ;

Mon cheval charge les barres, en quoi est-ce grave ?

Un cheval qui charge les barres est un cheval en situation de fuite. Il prend la main pour aller le plus vite de l’autre côté de l’obstacle, sans écouter les instructions de son cavalier. Plus sa vitesse augmente et plus son équilibre se dégrade, le cheval creuse alors le dos et lève la tête pour maintenir un équilibre précaire, il saute à plat ou fait des « sauts de biche »…

En d’autres termes, il n’est pas dans une situation confortable pour sauter et non seulement il se fait certainement mal à chaque saut, mais ce manque d’équilibre conduit également à des destructions d’obstacles voire à des chutes. Le cavalier et le cheval peuvent ainsi prendre peur ou se blesser, potentiellement gravement.

Bref vous l’aurez compris, si vous remarquez que votre cheval a tendance à vous prendre la main lorsque vous le montez à l’obstacle, réagissez au plus vite afin de corriger ce comportement dangereux !

 

Quelques pistes de travail pour régler ce problème

Travail sur le plat

Lorsque vous constatez que votre cheval charge les barres, la première chose à faire est de… revenir faire du dressage ! Une séance de travail sur le plat vous permettra en effet de vérifier que vous avez bien le contrôle de votre cheval aux trois allures, avec notamment une bonne maîtrise de son équilibre.

Vous devriez pouvoir avancer, vous arrêter ou encore tourner à tout moment (c’est d’ailleurs ce que l’on appelle les 3 fondamentaux de l’équitation), et ceci sans rentrer dans le conflit avec votre cheval et sans détériorer ni l’équilibre ni la qualité des allures et du contact.

Si cela n’est pas le cas, remettez vos séances d’obstacles à plus tard, et travaillez davantage sur le plat pendant quelques temps : transitions, figures de manège, reculerdéplacements latéraux De nombreux exercices vous permettront d’améliorer le contrôle et l’équilibre de votre monture.

Travail sur des barres au sol et cavalettis

Lorsque vous estimerez que votre cheval est bien aux boutons, vous pourrez recommencer à sauter. Mais hors de question de reprendre directement sur des enchaînements complexes et des hauteurs conséquentes !

Pour bien rééduquer votre cheval et lui apprendre à attendre ses sauts dans le calme et à bien décomposer ses mouvements, je vous conseille de travailler dans un premier temps sur des barres au sol, puis sur des cavalettis.

Ce n’est que lorsque vous serez parfaitement à l’aise sur des cavalettis, et que vous pourrez sauter dans le calme aux trois allures sur des rênes fluides, que vous pourrez monter peu à peu les hauteurs des obstacles et complexifier les exercices.

Huit de chiffre avec une barre au sol

Commencez d’abord par travailler sur une barre isolée, au pas, puis au trot, puis au galop. Vous pouvez la passer en ligne droite, ainsi sur une sorte de huit de chiffre (où la barre est donc le centre du huit), en alternant les passages. Les premiers temps, demandez un arrêt sur la barre si nécessaire.

Vous devriez pouvoir franchir la barre rênes longues au trois allures sans que votre cheval n’accélère : inutile de passer à l’allure supérieure ou à un exercice plus complexe tant que ce fondamental n’est pas parfaitement maîtrisé.

Remplacez ensuite la barre au sol par un cavaletti.

Serpentine avec une barre au sol

Mettez ensuite 3 barres sur la ligne du milieu de manière à pouvoir travailler sur une serpentine. Prenez soin de bien respecter le tracé de votre serpentine (vous ne devez par exemple pas couper les boucles et rester bien droit), mettre un léger pli à votre cheval et le maintenir en équilibre.

Là encore, cet exercice peut se faire aux trois allures. Pour le galop, vous pouvez soit demander un changement de pied au galop si votre cheval maîtrise l’exercice et reste bien calme, ou tout simplement repasser au trot puis redemander une transition au galop.

Si nécessaire, vous pouvez même demander un arrêt avant et/ou après chaque boucle, et le maintenir quelques secondes, voire enchaîner avec quelques pas de reculer s’il a essayé de vous prendre la main. Votre cheval apprendra alors à bien attendre vos indications. Attention toutefois à ne JAMAIS demander un arrêt dans la zone d’abord d’un obstacle, au risque d’apprendre à votre cheval à s’arrêter.

Lorsque l’exercice vous paraitra facile, remplacez tout ou partie des barres au sol par des cavalettis. Vous pouvez également ajouter une quatrième boucle à votre serpentine !

Respecter les contrats de foulées

Autre exercice : apprendre à respecter les contrats de foulées dans le calme. Pour cela, espacez deux barres au sol de 20 mètres environ (à adapter en fonction de votre cheval et du terrain, voir notre mémo sur les distances). Entraînez-vous à les passer en 5 foulées au galop, en veillant à garder un galop calme et cadencé. Le rythme ne doit changer à aucun moment.

Lorsque cela sera acquis, vous pourrez corser la difficulté, d’abord en ajoutant une sixième foulée (nécessite de raccourcir la foulée) puis en faisant quatre foulées seulement (nécessite d’allonger la foulée). Là encore, bien surveiller la qualité du galop et du contact, le cheval ne doit pas piétiner ou prendre la main, l’équilibre ne doit pas se dégrader.

Travail sur les lignes

Les lignes, ma passion… Il n’y a rien de plus formateur que les lignes ! Bon j’exagère un peu, mais pas tant que ça.

Lorsque votre cheval sera parfaitement calme sur les exercices ci-dessous, vous pourrez commencer à le gymnastiquer sur des lignes. Alternez les contrats de foulées, les quantités et les profils d’obstacles, mais n’oubliez pas d’y aller toujours progressivement et de récompenser votre cheval lorsqu’il s’est bien comporté !

Je finirai cet article sur cette phrase de Michel Robert que je trouve particulièrement pertinente :

“L’équitation est un sport de patience et de répétition.”

Michel Robert, dans Carnet de Champion

 

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.