cryptorichidie cheval
Publié le 04/06/2020
Auteur :
Catégorie : Maladies et blessures

Maladies et blessures La cryptorchidie chez le cheval

Kézako ? La cryptorchidie est le fait pour une cheval de n’avoir qu’un (cryptorchidie unilatérale) ou aucun testicule (cryptorchidie bilatérale) en place dans le scrotum. Aujourd’hui, je viens justement vous expliquer tout ça !

La descente testiculaire

Pour mieux comprendre pourquoi ce phénomène se produit, je dois d’abord faire le point sur le mécanisme de la descente testiculaire chez le cheval et ses composantes.

Les organes sexuels et notamment les testicules sont formés au stade embryonnaire entre le 4ème et le 5ème mois de gestation. A ce moment les testicules se situent en région lombaire, juste en arrière du rein. Ils sont maintenus en place par 2 ligaments : le ligament crânial, qui s’attache à la voûte lombaire et le ligament crânial aussi appelé guberaculum testis.

Au cours du développement et de la croissance, on observe une régression du ligament crânial, qui s’atrophie et finit par disparaître, et une rétraction du gubernaculum testis qui va tirer les testicules à l’intérieur de l’abdomen.

Le trajet des testicules est simple : ils sont tirés à travers la paroi abdominale, aidés par la pression des organes internes, puis ils passent l’anneau inguinal interne puis l’anneau inguinal externe, et arrivent ensuite dans le scrotum.

Cette descente est sous l’influence de différentes hormones (hormones hypophysaires, stéroïdes sexuels tels que la testostérone, et facteurs de croissance).

Chez le cheval, cette descente s’effectue dans les moments qui précèdent ou suivent la naissance. En revanche, les anneaux inguinaux étant particulièrement larges, les testicules peuvent remonter ou descendre dans le scrotum pendant quelques jours à semaines.

Les testicules sont en place à partir de 6 mois, parfois un peu plus tard.

La cryptorchidie

Les causes de la cryptorchidie

Les causes de cryptorchidie sont assez peu connus, mais la composante génétique est très probable. Il est d’ailleurs déconseillé de faire reproduire un cheval cryptorchide car cette particularités peut être transmise à ses descendants.

Cela peut également être dû à des malformations lors du développement embryonnaire, des anneaux inguinaux trop étroits ou des bourses scrotales trop petites.

Comment la reconnaître ?

C’est assez simple me direz-vous … mais oui et non !

Si vous avez un poulain, les testicules doivent être entre place entre 6 mois et 1 an, à partir de cette âge, le pourcentage de chance pour que le ou les testicules descendent diminue fortement. Il diminue davantage jusqu’à 2 ans.

On considère qu’après 2 ans, les chances que le ou les testicules descendent à leur place sont très faibles, et le cheval peut alors être qualifié de cryptorchide.

Toutefois, lorsque vous avez affaire à un cheval adulte, il n’est pas facile de savoir s’il est cryporchide ou simplement castré ! Dans un premier temps, son comportement peut vous orienter, mais ce n’est pas une façon sûre!

En revanche, vous pourrez regarder son livret. Si la castration a bien été effectuée, elle sera notifiée par le vétérinaire et certifiée par les haras nationaux. Enfin vous pourrez souvent observer une trace de cicatrice sur le scrotum.

Si vous ne disposez pas du carnet du cheval, il existe des tests hormonaux qui permettent de savoir si le cheval produit des hormones mâles testiculaires.

Attention ! Il existe des chevaux qui peuvent être monorchides et non cryptorchides. Cliniquement vous n’observerez qu’un seul testicule, mais contrairement au cryptorchide unilatéral dont le deuxième testicule est simplement retenue dans l’abdomen, le monorchide lui, n’en possède véritablement qu’un seul, l’autre n’existe pas ! Cette pathologie est toutefois très rare.

Quelles sont les conséquences de la cryptorchidie chez le cheval ?

La cryptorchidie est relativement peu fréquente : seuls 5 à 10% des chevaux en sont atteints. Les testicules peuvent être retenues soit dans l’abdomen, soit dans les anneaux inguinaux.

Les chevaux cryptorchides ont un caractère d’entier

Toutefois, elle peut être gênante pour diverses raisons : premièrement parce que le cheval cryptorchide unilatéral est fertile (bien que la fertilité soit diminuée) ! Pas vraiment question donc de laisser un cheval comme ça avec une jument … même si l’on a castré le testicule en place.

Le cheval cryptorchide bilatéral est stérile car la spermatogenèse ne s’effectue pas à la température de l’intérieur du corps.

Le risque de développement de tumeur testiculaire est également augmenté, bien que ce soit relativement peu fréquent chez le cheval.

Les chevaux cryptorchides sont souvent appelés chevaux « PIF » et sont connus pour avoir un caractère compliqué, voire agressif parfois.

Enfin, le caractère héréditaire de cette pathologie fait qu’il est préférable de ne pas les laisser se reproduire.

Retrouvez Cheval Partage sur YouTube

Cheval partage a désormais sa propre chaîne YouTube. Abonnez-vous pour être sûr de ne rater aucune de nos vidéos ! Au programme des prochaines vidéos : séances commentées, tests de produits, tutoriels, idées d'exercices, réflexions équestres... Mais toujours dans le respect et l'amour du cheval.

Abonnez-vous

Quel traitement pour un cheval cryptorchide ?

Il n’existe pas de traitement médical pour la cryptorchidie.

Le principal traitement reste donc la castration. En revanche celle-ci ne peut s’effectuer de manière classique, comme lorsque les deux testicules sont en place.

Une échographie par voie trans-rectale est souvent effectuée avant la chirurgie afin de localiser le testicule.

Il s’agit donc d’une chirurgie où le cheval est endormi et couché sur le dos. Si le testicule manquant est situé dans les anneaux inguinaux, l’ouverture se fera le long du scrotum et le testicule sera tracté puis remis en place dans le scrotum, et la castration se fera ainsi de manière « habituelle ».

Sinon, l’ouverture se fait sur la ligne médiane du ventre, et les chirurgiens vont chercher le testicule dans l’abdomen, sur le trajet habituel.

Vétérinaire de métier, j'adore décrypter et expliquer les maladies du cheval et ses conséquences, et partager les astuces pour entretenir au mieux son cheval.

Poster un commentaire

Ces articles peuvent également vous intéresser :

L’arthrose chez le cheval

L’arthrose est une maladie de plus en plus diagnostiquée chez les chevaux. Comment gérer cette maladie, et quelle vie attend le cheval atteint de cette pathologie ? Cheval Partage vous dit tout ! Qu’est-ce que l’arthrose ? Rappel sur les […]

Lire la suite

ulcères gastriques chez le cheval en box

Les ulcères gastriques chez le cheval

Pour bien comprendre les ulcères, il faut connaître un petit peu l’anatomie de l’estomac. L’estomac est une poche de 15L environ, qui se remplit du bol alimentaire du cheval. La particularité chez le cheval, c’est que l’estomac ne se vide, […]

Lire la suite

Le syndrome piro-like (piroplasmose et cie)

Aujourd’hui, on a choisi de vous parler un peu Piroplasmose ! C’est une maladie dont vous avez sûrement entendu parler, car elle touche chaque année de nombreux chevaux, avec des signes cliniques parfois frustes – c’est-à-dire pas évidents à observer. Mais […]

Lire la suite

  • Suivez-nous sur les réseaux sociaux

    12 Partages
    Partagez11
    Enregistrer1
    Tweetez