En concours : faut-il montrer un obstacle regardant à son équidé ?


Voici une question que beaucoup de cavaliers se posent lorsqu’ils sortent en CSO : si dans le parcours il y a un obstacle particulièrement regardant (et ça arrive à chaque fois !), faut-il oui ou non aller le montrer à son cheval avant de s’élancer sur son parcours ? La réponse est loin d’être si évidente…

Qu’est-ce qu’un obstacle regardant ?

On qualifie un obstacle de « regardant » un obstacle au profil atypique qui risque de perturber les chevaux et leur donner envie de refuser. C’est souvent sur ce type d’obstacles que les cavaliers se font éliminer en concours, font des refus et/ou tomber des barres.

A noter que ce type d’obstacle incite également les chevaux à se rapprocher : une ligne paraitra par exemple plus longue si son premier élément est particulièrement regardant. Tenez en compte lors de votre reconnaissance afin de bien vous adapter le moment venu !

Ces obstacles peuvent être de tous types :

  • Soubassements divers : fleurs, plot, palanques droites ou à vagues…
  • Obstacle coloré
  • Obstacle d’eau : bidet, rivières
  • Obstacle « plein » : mur
  • Ou plus généralement, un obstacle que le cheval n’a pas l’habitude de sauter : oxer polonais par exemple !

Bien sûr, tout cela dépend des chevaux : certains ne regarderont absolument rien, d’autres seront « effrayés » par certains cas de figure seulement, d’autres encore essayeront de refuser n’importe quel obstacle… Là encore, bien connaître son cheval et savoir adapter son équitation en conséquence est primordial.

Les chevaux ont tendance à se rapprocher des obstacles voyants : s'il est dans une ligne, celle-ci pourrait vous paraître plus longue ! © B@rberousse

Les chevaux ont tendance à se rapprocher des obstacles voyants : s’il est placé dans une ligne, celle-ci pourrait vous paraître plus longue !
© B@rberousse

Faut-il lui montrer l’obstacle ?

Vous n’avez peut-être vu faire en concours : certains cavaliers vont montrer le ou les obstacle(s) regardant(s) avant de se lancer sur leur tour, dans le but bien sûr d’éviter toute surprise de la part de l’équidé. D’autres préfèrent passer tranquillement à côté. D’autres encore n’y prêtent pas la moindre attention ! Alors, que faut-il faire ?

La réponse est complexe. En effet, tout dépend de votre cheval et de vous-même, du type de réaction que peut avoir votre cheval (passer derrière la jambe, ralentir fortement, passer à côté ou même essayer de faire demi-tour !) et de votre réactivité (si vous ne faites rien quand le cheval donne des signes d’inquiétude, il y a peu de chances pour que vous terminiez le parcours SF).

Néanmoins, en règle générale je déconseille d’aller simplement montrer un obstacle en particulier à votre monture.

Pourquoi ce conseil ?

Tout simplement parce qu’en allant lui montrer un obstacle, vous dites implicitement à votre cheval « Tiens regarde, celui-là il fait peur ». Et vous lui donnez donc une raison d’avoir peur !

Et si le cheval montre effectivement des signes d’inquiétude face à l’obstacle et refuse à s’en approcher, vous allez rentrer dans le conflit pour obtenir gain de cause, ce qui n’est bon ni pour vous ni pour votre équidé. Et si vous êtes sujet au stress (comme beaucoup de cavaliers en concours), il y a fort à parier qu’une fois lancé sur votre tour, vous allez vous crisper inconsciemment à l’approche de cet obstacle, ce qui ne fera qu’empirer la situation !

De plus, la majorité des cavaliers se contente d’arrêter leur cheval devant l’obstacle, avant de faire demi-tour pour partir sur leur tour. Le cheval est non seulement inquiet, mais en plus il voit qu’il a le droit de faire demi-tour ! Bonne chance pour réussir à le sauter sans encombre ensuite…

Petite nuance

Cependant je ne conseille pas non plus d’ignorer totalement l’obstacle et de faire comme s’il n’existait pas.

Personnellement c’est comme cela que je procède la plupart du temps, c’est une méthode qui fonctionne plutôt bien pour moi : ne l’ayant pas montré à ma jument, elle n’est pas inquiète et je suis donc parfaitement détendue, je n’ai donc aucune appréhension vis-à-vis de l’obstacle et agit comme si de rien n’était. En général, ça fonctionne très bien !

Si toutefois vous savez que vous ne réussirez pas à être détendu et/ou si votre cheval peut avoir des réactions particulièrement violentes face à quelque chose de nouveau (notamment dans le cas d’un jeune qui manque encore d’expérience), vous pouvez lui montrer l’obstacle, mais en respectant quelques règles :

  • On ne se dirige pas droit face à l’obstacle, on passe plutôt à côté, histoire que l’attention du cheval (et celle du cavalier !) ne soit pas focalisée dessus.
  • On ne s’arrête surtout pas devant l’obstacle et on ne fait pas non plus demi-tour !
  • On choisit plutôt de faire une volte autour de cet obstacle, de manière à ce que le cheval voit qu’il n’y a rien de dangereux derrière, et qu’il peut donc y aller sans soucis. C’est notamment important pour les obstacles de type « mur » qui demandent énormément de franchise de la part du cheval, ce dernier ne voyant pas la réception.
  • La volte peut parfaitement se faire au pas. Vous pouvez également demander à votre cheval de sortir les hanches sur le cercle ou autre exercice basique qui lui permettra de ne pas trop se focaliser sur « le truc qui fait peur ».
  • On n’insiste pas : inutile de faire 50 voltes autour, cela ne fera qu’inquiéter le cheval ! Faire une volte autour d’un obstacle classique puis autour d’un obstacle regardant si nécessaire est amplement suffisant.

 

Et vous, comment fonctionnez-vous en concours ? Montrez-vous les obstacles regardants à votre cheval avant de vous lancer sur votre tour ?


Commentairess 7

  1. Hurricane 18 avril 2015
  2. Miss Crumble 1 mai 2015
  3. Soon a Horse 4 mai 2015
  4. Cavalière de l'Ouest 3 décembre 2015
  5. kawelo 3 décembre 2015
  6. Laura MOULIN 6 mars 2016
  7. Coralie 19 mars 2016