Introduction à la méthode Parelli


Pat Parelli est aujourd’hui l’un des « chuchoteurs » les plus connus au monde, et notamment en France. Passionné par l’équitation dite « naturelle » ou encore « éthologique », il dispense son savoir depuis de nombreuses années à travers des formations.

Son objectif : apprendre aux propriétaires à aimer et comprendre leurs chevaux, en instaurant une relation basée sur le respect et la confiance.

Qui est Pat Parelli ?

Un passionné de chevaux et de rodéos

parelli2Né en 1954 en Californie, Pat Parelli était obsédé par les chevaux depuis sa plus tendre enfance. Il a commencé à travailler dans les écuries familiales dès ses 9 ans, totalement passionné et à l’écoute de ses ainés. Il était notamment très intéressé par l’entraînement des poulains et commençait déjà à avoir ses propres opinions à ce sujet (un fait plutôt rare à cet âge-là, soit dit en passant).

A l’âge de 13 ans, il fit la rencontre de Freddie Ferrera, un homme de cheval et trappeur. Ce dernier prit Pat sous ses ailes et, durant les étés, il lui appris de nombreuses choses en relation avec ce qu’on appelle aujourd’hui l’éthologie. Et notamment comment se comporter de manière plus naturelle avec les chevaux, mais aussi avec les chiens ou encore la nature.

A 17 ans, Pat se lança dans les rodéos, avec succès ! Il remporta même le titre « Bareback Rookie of the Year » en 1972. Conscient qu’une telle carrière ne pouvait durer éternellement, il se mit alors en quête d’un avenir. Et celui-ci lui paraissait tout tracé : se lancer dans le dressage des poulains.

De belles rencontres

Les débuts furent rudes, loin du succès qu’on lui connait aujourd’hui. Il fit alors la rencontre de Tony Ernst en Australie, un adepte du King Fu qui lui appris comment maîtriser son corps, sa force intérieure et la maîtrise corps-esprit. Il rencontra ensuite Troy Henry, un homme de cheval spécialisé dans l’entraînement et le développement des cavaliers et des chevaux de compétition, dont les principales armes étaient la psychologie et la communication.

Toutes ces découvertes permirent aidèrent Pat Parelli à mieux comprendre les chevaux, et notamment leurs processus mentaux et émotionnels en tant que proies, puis comment appliquer toutes ces notions à l’équitation et à la recherche de performance. Ces deux hommes lui auront en outre appris la patience, une qualité indispensable pour tout homme de cheval.

Une révélation pour Pat Parelli !

De la frustration est née la vocation

Mais très vite, il se heurta à une grande frustration : les propriétaires des chevaux qu’il entraînait souffraient d’un manque notable de compétence et de compréhension vis-à-vis de leurs chevaux. Il craignait, à juste titre, que les chevaux régressent ensuite, si leurs propriétaires respectifs n’essayaient pas de les comprendre.

Cette constatation fut un élément clé du succès de ce chuchoteur : non content de s’occuper du dressage des chevaux qu’on lui confiait, il chercha alors un moyen de transmettre son savoir et d’aider les propriétaires d’équidés. Grâce à son talent naturel pour trouver les mots justes, il commença à donner quelques leçons sans toutefois se douter un jour que sa méthode serait diffusée à l’international !

Durant les années, il fit d’autres rencontres qui lui permirent d’enrichir son enseignement : Tom Dorrance, Ray Hunt et Ronnies Willis pour ne citer qu’eux.

Aujourd’hui, avec ses centres présents sur 3 continents et ses centaines de milliers d’étudiants à travers le monde, Pat Parelli est l’un des chuchoteurs les plus connus et reconnus mondialement.

 

Introduction à la méthode « Parelli Natural Horsemanship »

L’objectif de la méthode Parelli, nommée Parelli Natural Horsemanship, est de contribuer à élever le niveau de l’équitation dans le monde entier, au profit des chevaux et de tous ceux qui les aiment.

Basé sur l’étude du comportement du cheval, le programme Parelli encourage les élèves à développer une pensée plus « naturelle » de leur équitation, en prenant en compte l’expression du cheval et le dialogue non-verbal.

Les grands principes fondateurs

Pour Parelli, le cheval est une proie qui doit voir l’homme non pas comme un prédateur ni un dominé, mais comme un leader du troupeau. Ils doivent travailler en tant que partenaires : le cheval doit se prendre en charge et maintenir aussi bien son allure que sa trajectoire sans sollicitations, tandis que le cavalier, lui, doit être concentré et penser cheval.

Le cavalier doit toujours être juste et progressif dans ses demandes : faire preuve d’exigence, mais sans jamais demander au cheval ce qu’il ne peut donner, et ne jamais faire preuve de brutalité.

Une de ses citations résume à mon sens parfaitement la philosophie de Parelli : « Si votre cheval dit non c’est soit que vous n’avez pas posé la bonne question, soit que vous l’avez mal posée. »

Une méthode en 10 points

La méthode Parelli Naturel Horsemanship se compose de 10 niveaux : si les trois premiers correspondent à un travail de l’homme sur lui-même, les suivants se concentrent sur le travail du cheval.

Plus vous avancerez dans les différents levels et plus votre relation, basée sur le respect, la confiance et la communication, sera renforcée.

Les 10 niveaux sont les suivants :

  • Level 1 – Partnership (partenariat) : basé sur les 7 jeux Parelli (voir ci-dessous), ce niveau permet d’instaurer confiance, respect et sécurité au sein du couple. C’est la première étape vers un langage commun.
  • Level 2 – Harmony (harmonie) : ce level prolonge le précédent et permet d’obtenir une meilleure harmonie, un meilleur feeling.
  • Level 3 – Refinement (raffinement) : il conjugue respect et impulsion de manière via des aides de plus en plus discrètes, afin de travailler dans la finesse.
  • Level 4 – Versatility (polyvalence) : un niveau orienté principalement pour les professionnels, qui permet de s’adapter à des situations très diverses : débourrage de jeunes chevaux, entraînement de chevaux difficiles…
  • Level 5 -Unity (unité) et Level 6 – True Unity (unité complète) : ces deux levels permettent d’approfondir la relation entre un cheval et un cavalier donné.
  • Level 7 à 9 – Mastering True Unity (unité complète des maîtres) : ces trois levels reprennent les deux précédents. Sauf qu’au lieu d’avoir une relation privilégiée avec un seul cheval, le cavalier doit maintenant réussir à atteindre cette fusion avec des chevaux très différents les uns des autres.
  • Level 10 – Ultimate Unity (unité ultime) : une fois ce level acquis, vous ne ferez plus qu’un avec la nature et le cheval… Peut-être serez-vous devenu un centaure !

A noter que Parelli lui-même déclare ne pas avoir encore atteint tous les levels. Il vous faudra des années, toute une vie peut-être même pour arriver au stade ultime ! Si vous y parvenez un jour… Mais rassurez-vous, pas besoin d’aller aussi loin dans la méthode pour bénéficier d’une complicité réelle avec votre cheval.

parelli3

Les 7 jeux

Bien que sa méthode se compose aussi bien de travail à pied que de travail monté, pour Pat Parelli tout doit commencer par un travail au sol. Il s’agit de créer les premiers liens de confiance et de respect mutuels.

Sept jeux, à difficulté progressive, ont ainsi été créés, afin de rendre l’opération ludique, et aussi agréable pour le cheval que pour le cavalier :

  • Friendly game (jeu de l’amitié) : ce jeu permet de désensibiliser le cheval à des stimulus inquiétants (bâche, ballon, selle…) en lui faisant comprendre qu’il peut faire confiance à l’Homme en toute circonstance.
  • Procupine game (jeu du porc-épic) : ce jeu amène le cheval à répondre à des pressions physiques (stick, main, doigt..) de plus en plus fines et légères, en cédant et en se déplaçant. Il apprend ainsi au cheval à lutter peu à peu contre son réflexe, inné, d’opposition.
  • Driving game (jeu de la conduite) : ce jeu prolonge le précédent, où cette fois-ci le cheval doit réagir à des pressions non plus physiques mais mentales, à travers un langage vocal et corporel. Le cheval apprend ainsi à rester à distance et la communication au sein du couple est affininée.
  • Yoyo game (jeu du yoyo) : ce jeu demande au cheval de reculer et d’avancer face au cavalier, en ligne droite. Il permet de consolider les notions de respect (via le reculer) et de confiance (via le retour vers l’Homme).
  • Circling game (jeu du cercle) : ce jeu consiste à mettre le cheval sur un cercle en lui faisant conserver sa vitesse et sa trajectoire, sans que le cavalier n’ait besoin de le solliciter.
  • Sideways game (jeu du déplacement latéral) : ce jeu demande au cheval de se déplacer latéralement via une alternance de croisements des postérieurs et des antérieurs. Il permet d’obtenir davantage de souplesse et améliore la coordination des mouvements du cheval.
  • Squeeze game (jeu du passage étroit) : ce jeu consiste à faire passer le cheval dans des passages étroits (que ça soit étroit en largeur et/ou en hauteur) afin de lutter contre sa claustrophobie naturelle.

Ces jeux devront être réalisés dans un premier temps à pied puis, une fois parfaitement acquis, en selle.

Chacun de ses jeux sera traité plus en profondeur dans de prochains articles.

 

Toutefois, le Parelli Natural Horsemanship ne se limite pas à ces 7 jeux. Très complète, sa méthode utilise la psychologie équine afin de transformer le cheval et le cavalier en de véritables partenaires émotionnellement connectés.

file8191246817959

En savoir plus

Nous tacherons d’expliquer quelques points fondamentaux de la méthode Parelli au fil des prochains articles. En attendant, vous pouvez consulter ces deux sites ou vous procurer le livre afin d’en savoir plus :

> Site officiel
> Réseau social « Parelli Connect »
> Livre « Parelli Natural Horsemanship »

 

Sources photos : photo 1, photo 2, photo 3.

Introduction à la méthode Parelli
Notez cet article


Commentairess 2

  1. Léa 27 juillet 2017
    • kawelo 17 août 2017