Reining : l’épreuve reine de l’équitation western


Le reining est l’épreuve maîtresse de l’équitation western, c’est d’ailleurs à ce jour la seule discipline a être présente aux Jeux Equestres Mondiaux et reconnue par la FEI. Elle n’a en revanche pas encore été à l’affiche des Jeux Olympiques.

Origine du Reining

Le reining tient son origine dans le travail du bétail

Le reining tient son origine dans le travail du bétail

Le reining tient son origine dans les ranches américains où règnent les cowboys.

Pour pouvoir déplacer tout un troupeau d’un bout à l’autre du pays, les cowboys ont besoin de chevaux très réactifs, dociles et rapides, qui peuvent tourner très court, accélérer à la moindre demande ou s’arrêter en un claquement de doigt.

Les montures doivent être particulièrement calmes et bien dressées, et ce d’autant plus que leur cavalier tient les rênes d’une seule main ; l’autre étant occupée par le lasso.

Pour se détendre après une rude journée de travail, les cowboys se sont amusés à s’affronter lors de joutes et à mesurer les qualités de leurs chevaux parfaitement dressés. Peu à peu ces joutes amicales ce sont transformées en véritables compétitions, et aujourd’hui le reining est la discipline western la plus connue au monde, présente lors de grandes échéances mondiales et au cœur d’une économie florissante.

Dates importantes :

  • 1940 : création de l’AQHA (American Quarter Horse Association) par Robert M. Denhardt
  • 1950 : l’AQHA créé les premières compétitions officielles de Running
  • 1954 : le reining est divisé en deux classes (Hackamore et Bit), de nouveaux patterns sont ajoutés, le Rulebook (livre répertoriant l’ensemble des règles de la discipline) est rédigé.
  • 1998 : l’USET (United States Equestrian team) reconnaît officiellement la discipline
  • 2000 : au tour de la FEI (Fédération Equestre Internationale) de reconnaitre officiellement le reining
  • 2002 : le reining fait désormais partie du programme des Jeux Equestres Mondiaux
  • 2008 : premier Championnat du Monde, il se déroule en Italie.

Les différentes figures au Reining

A l’instar du dressage pur en équitation classique, en reining le couple doit exécuter une série de figures, toutes imposées, et tenter de remporter le plus grand nombre de points possible. Cet ensemble de figures est appelé le Pattern et comprend, entre autres :

  • Roll-back : demi-tour au galop, sur les postérieurs
  • Spin : pirouette sur des hanches à 360°
  • Sliding Stop : arrêt glissé en ligne droite
  • Reculer : sur au moins 3m, en ligne droite
  • Huit de chiffre
  • Changement de pied
  • Cercles de différentes tailles
  • Arrêt : pour marquer la fin du pattern.

Cette épreuve souligne la bonne entente cheval/cavalier ainsi que le bon dressage du cheval. Le cavalier ne peut en outre tenir les rênes que d’une seule main.

Le reining comprend des arrêts glissés (sliding stop) très spectaculaires. Le reining comprend des arrêts glissés (sliding stop) très spectaculaires.

Le reining comprend des arrêts glissés (sliding stop) très spectaculaires.

L’équipement

Equipement du cavalier

Le cavalier de reining suit la mode western, et est équidé d’un chapeau, d’une chemise à manches longues, d’un jean, d’une paire de chaps recouvrant le jean ainsi que d’une paire de bottes.

Les cavalières de reining portent généralement des tenues avec des couleurs assez flashy, telles qu’on les retrouve en western pleasure.

Cette tenue décontractée et confortable permet au cavalier d’être totalement libre de ses mouvements, tout en faisant référence à l’origine même de l’équitation western.

Le reining se pratique avec une tenue décontractée et confortable.

Le reining se pratique avec une tenue décontractée et confortable.

Equipement du cheval

Les chevaux sont équipés d’une selle western dotée d’une corne et d’une fourche basse. Les modèles avec un in-skirt rigging sont privilégiés car ils améliorent le contact entre le cavalier et sa monture.

A l’entraînement, les cavaliers pourront  tester tous types d’embouchures afin de parfaire l’éducation du cheval. En revanche, en compétition des règles strictes limitent le nombre de mors et bosals autorisés. La martingale à anneaux est également appréciée des entraîneurs.

Afin d’éviter toute blessure aux membres, les chevaux portent de nombreuses protections : guêtres aux antérieurs et skid boots aux postérieurs, le tout accompagné de cloches et de protections de genoux. Les guêtres fermées en néoprène, telles qu’on les connait en équitation classique, sont également très utilisées.

Enfin, les chevaux portent également une ferrure spéciale aux postérieurs, portant le nom de slide plate. Ces fers facilitent les slidings stops car ils sont plus longs et lisses que les fers habituels.

Le reining en compétition

Les compétiteurs s’affrontent dans des catégories, en fonction de leur âge et de leur niveau d’expérience. Les compétitions amateur et professionnelles sont également séparées.

Notation

Le couple pénètre dans l’arène avec 70 points. Chaque figure du pattern va ensuite être notée par un jury, qui lui attribuera une note allant de -1.5 (très mauvais) à 1.5 (excellent).

Le couple sera jugé sur la précision du tracé, le respect du pattern ainsi que sur le calme, l’équilibre et la docilité de l’équidé.

Des pénalités seront accordées en cas de mouvements non prévus dans le pattern ou en cas de défense de la part du cheval.

A l’inverse, le couple peut gagner des points supplémentaires si la démonstration qu’il a présenté faisait preuve de finesse, que les figures étaient réalisées dans une attitude détendue et rapide.

Les juges utilisent une feuille de score pour pouvoir noter chaque figure exécutée par le couple en piste.

Les juges utilisent une feuille de score pour pouvoir noter chaque figure exécutée par le couple en piste.

Epreuves de « style libre »

Outre les épreuves classiques qui imposent aux candidats de choisir parmi l’un des 12 patterns officiels, il existe également des épreuves de « style libre« , c’est-à-dire des compétitions où le cavalier peut chorégraphier son propre pattern sur le fond musical de son choix.

Ces candidats seront notés sur la qualité de la chorégraphie, sur le choix musical ainsi que sur le niveau de difficulté général du pattern présenté. Cette épreuve est proche de ce que l’on appelle la RLM (Reprise Libre en Musique) en équitation classique.

Reining : l’épreuve reine de l’équitation western
Notez cet article