monter à cheval sans casque
Publié le 18/05/2016
Auteur :
Catégorie : Réflexions équestres

Réflexions équestres [Réflexion] Avec ou sans casque

Qu’ils soient amateurs ou professionnels, il n’est pas rare de voir dans les manèges et carrières des cavaliers monter sans casque. Pourtant lors des cours en club, le moniteur oblige tous les cavaliers à en porter un tout au long de sa séance. Pourquoi un tel revirement arrivé à un certain niveau ?

Rappel de l’intérêt du casque

monter sans bombe

Le casque (ou la bombe) permet de protéger la tête du cavalier en cas de chute. Il permet d’éviter les blessures graves, et notamment les traumatismes crâniens.

En cas de chute grave demandant l’intervention des pompiers, ces derniers notent immédiatement si le cavalier porte un casque ou non. Majeur ou mineur, si un cavalier monte sans casque, c’est le gérant de l’écurie qui est responsable juridiquement de l’accident. C’est à lui de veiller au respect des règles de sécurité dans son établissement.

Si l’hospitalisation est obligatoire, la Fédération se décharge de payer les frais médicaux en cas de non-port du casque, c’est au cavalier de régler tous les frais d’hospitalisation.

Le cavalier invincible

Lors de mon stage avec Andy Booth, celui-ci nous a appris qu’un être humain meurt chaque semaine à cause d’un accident impliquant un cheval. Chute ou bien coup de pieds, il existe de nombreuses occasions de se blesser gravement, voire pire. Et bien que le non port du casque ne soit pas la raison principale, je ne peux pas croire qu’il n’entre pas en compte dans ces chiffres.

Nous connaissons les risques, alors pourquoi certains d’entre nous montent-ils sans protection de tête ? Une trop grande confiance en soi, une envie de se faire admirer parce qu’on est celui/celle qui monte sans bombe peut-être ? Ou tout simplement la recherche d’un certain confort ? Peut-être une simple négligence ?

monter à cheval sans casque

Pour mieux comprendre, j’ai demandé à des cavaliers montant régulièrement sans bombe s’ils pensaient au risque qu’ils prenaient. Et étonnement, la question du confort n’est que peu ressortie. Entre ceux qui estimaient avoir un niveau suffisant pour éviter tout risque, et ceux qui définissaient leurs chevaux comme des chevaux à sang froid incapables de s’énerver, la « meilleure » réponse que j’ai reçue est venue d’une cavalière qui s’est déboitée l’épaule en faisant une chute et qui, suite à ça, n’a plus mis son casque. Quand je lui ai remémoré qu’elle été déjà tombée avec ce même cheval, voici sa réponse :

Si je me blesse vraiment à la tête et que je finis paralysée ou autre, j’aurai toute ma vie pour m’en vouloir.

Cette réponse m’a beaucoup surprise ! Comment peut-on être prêt à finir sa vie en fauteuil roulant ?! J’ai encore du mal à comprendre cette réflexion égoïste et cette pensée à si court terme.

Sans forcément généraliser sur de tels extrêmes, il n’est toutefois pas rare d’entendre un cavalier confirmé assurer avoir les capacités techniques pour rester à cheval, quelle que soit la situation qu’il rencontre. Et pourtant sous la puissance de la demi tonne sur laquelle nous sommes assises, nous ne sommes pas toujours maître de notre monture. Tous les cavaliers sont déjà un jour tombés (celui qui dit le contraire ment ou n’a pas suffisamment monté), à croire que l’on oublie rapidement les chutes pour se souvenir que les fois où le cheval nous a donné un coup de cul ou a fait un saut de mouton et que nous sommes restés en selle.

cavalier sans casque
Entre nos capacités réelles et ce qu’on pense savoir faire, il y a bien souvent une différence

Mettre de côté une règle de sécurité pourtant élémentaire me laisse vraiment perplexe. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Je me le demande. Il ne faut pas longtemps au cheval pour nous remettre à notre place et nous rappeler que c’est lui la force dans un couple cavalier-cheval. Et que s’il a décidé de nous mettre à terre, il nous mettra à terre.

Je me rappelle de cette publicité pour le gilet jaune avec Karl Lagerfeld, et je trouve qu’on pourrait tellement la reprendre pour le casque d’équitation « Ca aplatit les cheveux, c’est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie ».

Et vous, quelle est votre position sur le non-port du casque ? Montez-vous sans bombe, si oui pour quelles raisons ? Racontez-nous tout cela dans les commentaires !

Amoureuse des chevaux depuis mon enfance, je suis devenue cavalière durant mon adolescence. Actuellement, propriétaire mon cheval, je cherche sans cesse à améliorer son quotidien et à toujours aller plus loin dans ma compréhension de l'animal. Quand je ne suis pas aux écuries, je suis assistante commerciale dans la grande distribution.

Poster un commentaire

Commentaires publiés

18 commentaires.

  • Je monte avec une bombe, pour toutes les raisons que tout le monde connait 😀

  • Toujours avec mon casque… sans lui, je me sens à poil 🙂

  • Toujours avec mon casque.. Il m’est arrivé de ne pas le mettre de temps en temps pour une séance photo par exemple. Mais toujours avec !! Une fois on m’a demandé pourquoi, à mon niveau, je porte systématiquement un casque, alors j’ai répondu « vu le prix que je les paye, faut bien les amortir en les mettant sur la tête !! » 😀

  • Ahah j’adore la réponse ! x)

  • Il m’est arrivé une ou deux fois de monter sans casque.
    Mon excuse : il faisait très chaud et mon casque de l’époque n’était pas assez respirant. Résultat : je ne me sentais pas en sécurité. Je me sentais à poil et je n’étais vraiment pas à l’aise.
    Sur cette séance, j’ai dû monter 10 min avant de demander à ce qu’on me donne mon casque….

    Depuis, je monte toujours avec mon casque. Et pour les jours de grosses chaleurs, j’ai résolu le problème en achetant un casque plus haut de gamme et plus respirant.

  • Tu as bien fait de changer de casque s’il ne te convenait pas ! C’est vrai que ce n’est déjà pas très agréable de monter avec une bombe lorsqu’il fait très chaud, alors si en plus elle n’est pas respirante… ^^

  • Je monte très rarement sans casque, juste pour quelques shootings photos très « nature » qui n’auraient pas été reussis avec un casque et quelsques balades en plein été sous 40* mais je suis néanmoins choqué par les cavaliers qui montent sans casque à l’obstacle ou en cross.

  • a 17 ans,je montais sans bombe,on la mettait uniquement en club.aujourd hui,j ai 48 ans,il m arrive de monter sans quand je travaille en carrière ou petite sortie autour des champs; je remarque que ce n est pas le cheval en lui -meme qui est dangereux,ce sont les automobilistes et autres personnes sans cervelles qui lachent leurs chiens quand on passe ou qui tirent un coup de fusil pendant la chasse a coté de vous,ce sont tous ces incivililés et irrespect de l autre qui causent des accidents. quand j étais jeunette,les gens étaient plus sensibilisés aux animaux et savaient que ce ne sont pas des betes de cirque lobotomisés mais bien des etres vivants craintifs.

  • Toujours avec, en toutes circonstances ! Parfois même à pied avec une jeune cheval, pour éviter coup de tête et autres ! Il m’est arrivé une fois de monter sans bombe, et la honte m’en poursuit encore : une jument comtoise comtoise que je connaissais bien à pied, je ne l’avais jamais montée, un jour j’en ai eut la permission, je suis donc montée sur son dos, dans son pré, à cru, sans filet ni licol, et sans bombe… je suis restée dix minutes, simple négligence de ma part, je n’y avais tout simplement pas pensé, mais lorsque j’ai réalisé que j’étais sur le dos d’une jument que je n’avais jamais monté, sans harnachement ni bombe, j’ai vite mit pied à terre ! Je me suis fais très peur ce jour-là, la jument n’a pas bougé, mais le simple fait de réaliser la situation m’a choquée. PLUS JAMAIS me suis-je promis, il aurais pu m’arriver n’importe quoi ! La jument, surprise, aurait pu me faire chuter, j’aurais pu glisser, n’importe quoi ! J’en frissonne encore… la bombe, à cheval, ce n’est pas négociable. Si il me fallais monter toute nue, pourquoi pas, mais avec bombe. TOUJOURS avec bombe.

  • J’ai monté une seule fois sans casque, la semaine dernière : ce n’était pas du tout prévu, j’ai juste voulu me poser sur un cheval en cordelette pour découvrir un peu ! Le cheval est soient’ monté par mon amis tete nue, et j’ai été en confiance ! Puis l’enchaînement de bêtises : à deux, à cru, en cordelette, sans bombe ! Résultat : sait de mouton et chute ! Sans’gros bobo heurseument, in a fait en sorte de tomber en boule pour protéger nos têtes, mais du coup les dos on pris !
    Je sais maintenant que je continuerai à mettre ma bombe ! (Meme si la photo prise à cru en cordelette et tete nue est plus jolie ^^)
    Petit note aux Pros : niveau suiffisant pour tenir à cheval, je n’en doute pas ! Cheval qui ne bouge pas aussi ! Mais pensez quand même que si vous ne tombez pas, le cheval peut lui trébucher ou tomber ! Et là il devient plus compliqué de tenir sur son cheval 😉

  • J’ai 16 ans et je monte depuis 8 ans en club alors qu’avant je montais uniquement pendant les vacances. Je mets toujours ma bombe : on a qu’une tête alors autant en prendre soin. Les seules fois où j’ai monté sans bombe, c’est l’an passé en spectacle et la jument d’une amie au pas mais c’était pas prévu.

    Je suis donc à 22% pour le port de la bombe même le cheval le plus calme peut avoir une frayeur ou tribucher. Parfois, la chute est inévitable peu importe le niveau du cavalier.

    Selon moi, il n’y a aucun lien entre confiance et bombe pour les raison citée ci-dessus.

  • hey! je vais me permettre de partager un peu mon histoire sur le port de la bombe, cela s’est passé en 2015.
    Avec +de 10 ans d’équitation derrière moi, que ce soit simplement en loisir qu’en Concours je suis passée par tout.
    J’ai eu la chance d’avoir une jument qui était assez nerveuse (si je passais 1H dessus sans avoir au moins un écart c’était l’exploit) donc pour moi le port de bombe ne se posait pas, je tenais à ma tête XD
    Un jour j’ai avancé mes épaules a l’abord d’un saut (ça arrive à tout le monde sans grande incidence oui, mais pas cette fois), ça l’a déséquilibré mais elle a quand même sauté. À la réception elle a fini sur les antérieurs,j’ai été éjectée par terre et avec l’impulsion elle m’a roulé dessus. Sous l’impact ma bombe s’est littéralement brisée . Si ce jour la je n’avais pas ma bombe ça aurait été mon crâne ..

    Alors oui Monter sans bombe c’est plus confortable, plus joli pour une séance photo, mais c’est aussi jouer sa vie à tout moment. PAS de le sens mourir, mais dans celui de finir sa vie en tant que légume et condamner ses proches.

  • Bonjour ! Merci beaucoup pour ce témoignage poignant, j’espère qu’il permettra à des cavaliers de comprendre à quel point le port de la bombe est important. 🙂

  • Pour ma part j’ai travaillé en centre de réadaptation fonctionnelle (où l’ on est transféré pour la rééducation après comas ou opération, suite à accident), et dans mon métier je ne vois que les personnes ayant eu une atteinte à la tête (et donc atteinte du cerveau): il y a le fauteuil roulant, parfois, mais aussi ceux qui ne peuvent plus parler (aphasie) ni écrire, ceux qui ne peuvent plus déglutir, plus manger, ceux qui ne se souviennent plus ou oublient à mesure…

    Il ne faut jamais oublier que la tête renferme notre organe le plus précieux et le plus complexe: le cerveau. Il commande tout notre corps. Une atteinte au cerveau changera notre vie pour toujours, alors protégeons sa protection (la boîte crânienne) qui, bien que solide, n’est pas indestructible.

  • Merci pour ce commentaire très intéressant ! Si vous désirez nous laisser un témoignage plus complet afin que nous puissions en faire un article, n’hésitez pas à nous envoyer un message via notre page de contact 🙂

  • J ai u monté s en casque mais après une chute s’en gravité ou j étais seule, ça m’a fait réfléchir je suis maman et je tien à ma vie. Il faut arrêter d être égoïste et penser cas sois. Il faut penser à son entourage et à son cheval.

  • Bonjour,

    il y a quelques années, j’ai monté le cheval d’une amie sur un petit chemin derrière chez elle. Avec mes 15 ans d’équitations derrière mois, je me sentais plutôt sereine. Une fois au trop, le cheval fait un écart et je tombe. Mauvaise chute avec tête la première a terre. Résultat des courses, opération d’urgence, la lèvre inférieure découpée en deux, 15 points de sutures et la bombe fendue.

    Depuis ce jour, je me suis toujours dit que sans mon casque, c’était ma tête qui aurait été fendue !

    Donc, port de la bombe systématiquement 😀

  • Wahh en effet, vous avez eu de la chance ! Merci pour ce témoignage 🙂

Ces articles peuvent également vous intéresser :

[Réflexion] Antispécisme et équitation

Le bien-être des animaux devient une préoccupation sociétale. La loi ne reconnait plus les animaux comme des objets mais comme des êtres vivants et sensibles et l’on croise de plus en plus de personnes qui refusent de consommer de produit […]

Lire la suite

[Réflexion] L’équitation, un sport de riches ?

Après l’équitation n’est pas un sport, la deuxième réflexion que les cavaliers entendent souvent c’est « tu fais de l’équitation, t’es riche toi ! ». Qui n’a jamais entendu cette phrase ? Pourquoi cette vision si élitiste de l’équitation ? C’est ce […]

Lire la suite

Comment créer une bonne relation avec son cheval ?

Pour démarrer ou approfondir une relation authentique, il est tout d’abord essentiel d’avoir la volonté de le faire, la volonté d’évoluer vers du positif, ou de le renforcer. Nous pouvons parler de relation lorsqu’il y a déjà une communication entre l’homme […]

Lire la suite

  • Suivez-nous sur les réseaux sociaux

    111 Partages
    Partagez111
    Enregistrer
    Tweetez