Publié le 14/09/2014
Auteur :
Catégorie : Actualités

Actualités Au coeur des Jeux Équestres Mondiaux : j’ai assisté au CSO par équipe

Les 3 et 4 septembre 2014 a eu lieu l’épreuve de CSO par équipe, au stade Michel d’Ornano à Caen, à laquelle j’ai eu la chance d’assister. C’est donc l’occasion pour moi de vous plonger au cœur de cet évènement équestre et de vous faire découvrir l’ampleur du phénomène, le public, les sportifs, l’organisation,…

Que de belles choses à partager avec vous !

La compétition

La première manche : les qualifications

Alors que je viens de m’installer dans les gradins du stade, baignés sous un grand soleil, je suis immédiatement frappée par la beauté des obstacles ! Ils sont originaux et confèrent une élégance sans pareil au parcours. A l’entrée, un document explicatif sur les obstacles nous est distribué, une petite attention qui donne tout son sens à certains choix artistiques.

IMG_6745

Obstacle en hommage au mouvement impressionniste ayant fait la part belle aux paysages normands. Ici Spencer Roe (GBR) sur Wonder Why.

IMG_6634

Enrique Gonzales Delgado (MEX) sur Quilebo franchissant l’obstacle représentant Guillaume le Conquérant et la tapisserie de Bayeux.

Norman, la mascotte de l’évènement, est là pour chauffer le public. Malheureusement, les gradins ne sont qu’en partie remplis, l’horaire de début de l’épreuve ayant été avancée d’une heure, une bonne partie des spectateurs n’est pas encore présente.

A 9h10 pétante, Mario Wilson Fernandes (POR) et Zurito entrent en piste. La ponctualité est de mise et c’est très appréciable, 150 cavaliers doivent passer durant la journée ! Tous les grands cavaliers sont présents et offrent un spectacle unique ; les gradins se remplissent doucement au fil des heures.

A chaque entrée de piste d’un cavalier français, le public s’électrise. Simon Delestre, Kévin Staut, Pénélope Leprévost et Patrice Delaveau ont droit à un accueil des plus chaleureux. Les trois premiers feront 4 points alors que Patrice Delaveau effectue avec Orient Express un sans-faute mémorable, faisant monter d’un cran l’excitation générale !

Aux côtés de nos français se trouvent des concurrents de choix : Marcus Ehning (ALL), Lucy David (USA), Ian Millar (CAN), Edwina Tops-Alexander (AUS), Denis Lynch (IRL),… pas un seul ne manque à l’appel. Le Japon, le Maroc, l’Ukraine ont également leurs cavaliers offrant toujours plus de diversités.

C’était l’occasion de découvrir de nouveaux cavaliers (et de nouveaux pays) et d’étendre sa culture équestre. Bien que la position des cavaliers à l’obstacle soit dans l’ensemble quasiment  la même, de petites différences peuvent être relevées. Les Suédois montent leur chevaux plutôt « forts » tandis que les Japonais se révèlent discrets à cheval. Les Allemands ont des positions très stables, ils ne bougent quasiment pas, à la différence des Marocains qui ont une balance du buste très prononcée.

IMG_6652

Takashi Utsunomiya (JAP) et Touche Pas à Rivereuilli

IMG_6805

Danielle Goldstein (ISR) et Carisma

À la fin de cette première journée d’épreuves, le classement par équipes commence à prendre forme. Au provisoire ce sont les Pays-Bas qui sont en tête, suivis par les États-Unis et l’Allemagne. En individuel, Patrice Deleveau occupe la pole position, suivi de Beezie Madden (USA) et de Rolf-Göran Bengtsson (SUE).

Cette journée a été longue mais passionnante. Le public s’est familiarisé avec les différentes équipes et l’on a pu se rendre compte du niveau très, très élevé de ces épreuves. Découvrir ces obstacles d’1m60 est impressionnant et voir les couples les franchir force l’admiration.

C’est donc épuisée, mais déjà prête pour la finale du lendemain, que je rentre chez moi.

La finale

La finale commence à 15h15, le stade est plus rempli que la veille. Encore une fois, Norman est de la partie et la ponctualité toujours au rendez-vous. Le rythme est soutenu, les cavaliers enchainent les parcours brillants, nous avons devant nous la crème de la crème du CSO.

Mais le public n’attend qu’une chose: l’entrée en piste des cavaliers français ! Les organisateurs prennent d’ailleurs soin de faire rentrer les couples tricolores uniquement lorsque le cavalier précédent à terminer son parcours, pour éviter les hurlements et applaudissements qui pourraient déconcentrer le concurrent. A l’arrivée des Français, le public est déchainé.

Kévin Staut avec Rêveur et Pénélope Leprévost avec Flora signeront deux sans-fautes, permettant à la France de rêver d’une place sur le podium !

Eric Lamaze (CAN), Rodrigo Pessoa (BRE), Ludger Beerbaum (ALL) et leurs acolytes n’arriveront pas à faire mieux que notre équipe française qui décroche la médaille d’argent ! La médaille d’or revient aux Pays-Bas et le bronze aux États-Unis.

Quelques jours plus tard, lors de l’épreuve individuelle, les mêmes pays seront présents aux mêmes places sur le podium.

IMG_7068

Impressions et bilan

L’organisation et l’accueil

Quelques jours avant l’évènement, j’ai eu de nombreux échos négatifs (notamment sur la page facebook de l’évènement) à propos de l’organisation du cross et de l’épreuve d’obstacle du CCE, j’y suis donc allée avec appréhension. Pourtant, aucune fausse note n’était à relever pour cette épreuve.

De nombreux bénévoles agréables et disponibles étaient présents pour nous informer et nous donner les détails de la compétition. Au moindre problème ou doute, il suffisait de repérer un polo vert pour trouver dans la foule dense une personne qui saurait vous renseigner. Leur gentillesse et leur disponibilité ont été pour moi une grande surprise et j’ai apprécié que la dimension « humaine » soit aussi bien préparée.

Un autre sujet a fait polémique : le prix des articles de la boutique officielles des Jeux. Les articles aux couleurs de l’évènement étaient certes plus chers que le prix moyen de ce type d’articles (20 euros pour une casquette, 39 euros pour un polo) mais rien de choquant non plus. Il faut s’attendre à ces tarifs vu l’ampleur de l’évènement et la dimension « inédite » que ces objets offrent.

L’ambiance

L’ambiance était digne d’un tel évènement, le public était dynamique et accordait un bon accueil à chaque concurrent. L’esprit « sport » était bien là et donnait à l’ensemble une atmosphère agréable et bon enfant.

Aucun retard n’était à noter durant ces deux jours et malgré la très grosse chute d’un cavalier ukrainien et le personnel nécessaire pour le transporter, les choses sont rapidement rentrées dans l’ordre.

Je garde un très bon souvenir de ces deux jours mémorables, les organisateurs français ont su faire face et préparer avec professionnalisme cette épreuve de CSO par équipe !

Les prochains jeux auront lieu dans 4 ans… à Bromont, au Québec. On va attendre au tournant les Québecois 😉

Sources photos :  Claire, Jeux Équestres Mondiaux

Poster un commentaire

Ces articles peuvent également vous intéresser :

coronavirus

Coronavirus (COVID-19) : les mesures sanitaires mises en place (màj 11 mai)

Comme vous le savez, un nouveau virus sévit depuis janvier 2020 dans le monde entier : le Coronavirus (COVID-19). Ces derniers jours, le nombre de cas touchés et de décès n’a cessé d’augmenter. De ce fait, le gouvernement français a […]

Lire la suite

Le CHIO d’Aachen 2019 – Jour 4

Depuis le début de la semaine, je vous raconte l’ensemble des compétitions auxquelles j’assiste. C’est donc parti pour ma quatrième journée de compétition, celle du vendredi 19 juillet. 11h00 : Le prix de l’Euregio Meuse-Rhin Pour cette première compétition de […]

Lire la suite

Le CHIO d’Aachen 2019 – Jour 3

Et ceux depuis quelques jours, je suis présente au CHIO d’Aachen. Dans cet article, je vous raconte la troisième journée de compétition, celle du jeudi 18 juillet. 12h30 : Coupe de la Fédération Allemande – Qualification Pour commencer la journée, […]

Lire la suite

  • Suivez-nous sur les réseaux sociaux

    Envie d'être mieux organisée ?

    Vous êtes à la recherche d'un outil pour devenir plus organisée et plus épanouie ?

    À mi-chemin entre le planner équestre et le coach perso, le le Carnet Cavalière XL vous aidera à être plus efficace et sereine.

    Retrouvez de quoi suivre vos séances, votre budget et les soins de votre cheval, ainsi qu'une trentaine d'idées d'exercices, de nombreuses recettes DIY, et bien d'autres surprises à découvrir !

    Un carnet éco-responsable, fait avec amour <3

    Envie de devenir un meilleur cavalier ?

    Vous montez à cheval ou pratiquez le travail à pied ? Vous aimeriez progresser dans votre discipline et devenir encore meilleur ? 

    Le Carnet de séances XL est fait pour vous. Il vous aidera à définir des objectifs clairs et réalistes, mais aussi à définir votre chemin pour les atteindre. Grâce à ce carnet, réalisez un auto-bilan de chacune de vos séances de travail, avec bienveillance et impartialité. Les progrès seront rapidement au rendez-vous !

    Convient à tous les cavaliers et à toutes les disciplines. 

    Un carnet éco-responsable, fait avec amour !

    0 Partages
    Partagez
    Enregistrer
    Tweetez