Le syndrome du poulain blanc (ou gène lethal white)

Nous l’avons vu dans le précédent article dédié à la génétique des robes, la robe blanche est issue d’un gène dominant : le gène White. Si ce gène est absent, le cheval pourra avoir n’importe quelle autre robe, en fonction de son génotype. Si le gène est présent et composé d’un seul allèle actif (Ww), le cheval sera blanc. Et enfin, si le génotype blanc est homozygote (WW), nous nous retrouvons dans une situation des plus malheureuses : le décès prématuré du poulain.

Le syndrome du poulain blanc (ou gène lethal white)

syndrome du poulain blancCe problème concerne tous les équidés ayant un génotype blanc homozygote (WW). Les poulains possédant ce génotype sont victimes de malformations au niveau de leurs intestins.

Concrètement, le poulain ne pourra pas évacuer les selles inhérentes à sa première tété et subira donc crampes intestinales, coliques et autres réjouissances dans ce genre. Ces douleurs peuvent survenir dès la première heure de vie du poulain, et plus généralement au cours de ses douze premières heures de vie. Certains poulains parviendront à survivre pendant plusieurs jours en fonction de la gravité de leurs coliques, mais la plupart décèdera au cours de la première journée.

Bien que le problème de base soit connu (il s’agit en réalité d’un intestin trop court, qui ne permet pas à la nourriture de suivre le schéma habituel) et que des tentatives chirurgicales aient été tentées à plusieurs reprises, il n’existe à l’heure actuelle aucune solution pour contrecarrer ce problème. L’euthanasie du poulain dès sa naissance reste donc la meilleure solution pour lui éviter de telles souffrances.

Le gène lethal white et la génétique

Croiser deux chevaux blancs

D’un point de vue génétique, les risques sont très élevés lorsque l’on croise deux chevaux blancs. Ils peuvent en effet produire :

  • 50% de poulains blancs hétérozygotes, qui n’auront donc pas de problème de malformation (Ww) ;
  • 25% de poulains d’une autre robe, en fonction du reste du génotype (ww) ;
  • 25% de poulains blancs homozygotes (WW), qui souffriront donc du syndrome du poulain blanc.

Autres croisements

Toutefois, d’autres croisements sont susceptibles de causer ce problème.

Des chevaux tovero, tobiano ou encore rouan peuvent également faire naître des poulains lethal white. Malheureusement les études ne sont pas encore assez poussées dans ce domaine pour en établir les raisons ou les probabilités. Ces dernières semblent toutefois être très rares.

Les chevaux overo étant également généralement porteurs du gène White, ils peuvent le transmettre à leurs descendants. Ainsi, croiser deux Overo ensemble permet d’obtenir, selon les probabilités, les mêmes résultats que deux chevaux blancs, à savoir :

  • 50% de chevaux overo (porteur hétérozygote)
  • 25% de chevaux d’une autre couleur (non porteur du gène)
  • 25% lethal white (porteur homozygote)
D’après de nombreux tests génétiques, 98% des chevaux Overo seraient porteurs du gène LWO (Lethal White Overo) et risqueraient donc de le transmettre à leur descendance. Pour autant, alors que l’on devrait obtenir des poulains lethal white à hauteur d’environ 25%, seuls 1 à 2% de cas ont été recensés. Cet écart important n’a pas encore été expliqué scientifiquement, le mystère reste donc entier à l’heure d’aujourd’hui !

 

Ainsi, s’il vaut mieux éviter de croiser deux chevaux blancs, dans l’ensemble cette anomalie congénitale est plutôt rare et ne devrait pas (pas trop) inquiéter les éleveurs, notamment les éleveurs de chevaux Overo (très prisés en Amérique notamment !).

 

 

Source : Wikipedia

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.