Reportage aux ventes de yearlings

Deauville ! C’est bien sûr des plages, un casino et de superbes villas à colombages, mais se limiter à cela serait oublier le plus important ! Pour les cavaliers passionnés que nous sommes c’est avant tout une des capitales du monde équestre. Aujourd’hui donc : focus sur les ventes de yearlings d’août !

Les ventes de yearlings pur-sang d’août : késako ?

Il s’agit de la plus prestigieuse vente aux enchères de yearling pur-sang anglais. Celle-ci est organisée chaque année par la société Arquana au sein de l’établissement Elie de Brignac, en parallèle au prix Morny (course de galop également très cotée).

Cette vente aux enchères rassemble l’élite de la production française et étrangère de pur-sang anglais. Les poulains présentés sont âgés d’environ 12 à 18 mois : ceux de cette année sont donc nés au printemps 2016.

Entrez en coulisses !

Au regard du prestige de cette vente aux enchères, les yearlings présentés se doivent d’être impeccables, tant d’un point de vue génétique que physique.

Les poulains sélectionnés sont ainsi  préparés deux mois à l’avance au sein de haras réputés. Alimentation spécifique, toilettage,  ferrure orthopédique, séance de longe et de marcheur, éducation à la marche en main, tout est mis en œuvre pour en faire des athlètes de haut niveau !

Je dois avouer que le résultat est assez impressionnant : les animaux que j’ai pu croiser lors de cette vente ne ressemblent en rien à des poulains mais bien à des chevaux adultes miniatures tant leur musculature est développée. Il est important de préciser que les chevaux vendus en août représentent une catégorie quelque peu spécifique dans le monde des courses : les poulains y sont avant tout produits pour ces ventes en particulier. Ils doivent donc combiner génétique de haut niveau avec un physique de gravure et surtout une précocité remarquable. D’où l’intérêt, dans ce type d’élevage, de faire naître tôt dans l’année : dès janvier ou février pour certains poulains !

Les poulains arrivent sur les lieux quatre à cinq jours avant le début de la vente. Quels que soient leurs propriétaires, ils sont présentés par des haras réputés. Cela permet aux propriétaires moins connus de bénéficier du prestige du «  présentateur », et d’obtenir de meilleurs prix sur leurs yearlings.

Avant le début officiel de la vente, les acheteurs potentiels viennent observer les chevaux au box et en main afin de faire leur propre sélection. Petite spécificité aux pur-sang anglais : les yearling ne sont pas nattés mais doivent porter la crinière longue d’environ deux mains sur le côté droit de l’encolure. Et gare aux mèches rebelles !

La vente aux enchères débute en fin d’après-midi. Les poulains sont présentés en main par un employé du haras. Chaque poulain commence par marcher dans le rond d’attente en compagnie de neuf autres compagnons. Juste avant son tour, il est isolé dans un sas, puis il entre dans la salle de vente aux enchères.

Copyright : Clara Durfort

La salle de vente est impressionnante ! Elle se compose d’un amphithéâtre destiné aux acheteurs et aux simples curieux.

Au centre, un petit rond en sable surmonté d’une estrade permet de présenter le yearling mis en vente. Le commissaire-priseur fait monter les enchères, assisté par  des aides qui sont chargées d’observer chaque partie des tribunes pour ne manquer aucune enchère. Attention à ne pas se gratter le nez quand les prix montent au risque de repartir avec un poulain et le portefeuille allégé de quelques millions !

Copyright : Clara Durfort

La plupart des yearlings sont mis en vente entre 30 000€ et 50 000€. Les enchères alors sont illimitées. Pour preuve : le «  top price » de cette année est un fils du célèbre étalon Dubawi  qui a été acheté pour la somme  1 550 000 euros !

Il faut savoir que le propriétaire du yearling mis en vente peut enchérir sur son propre cheval. Un prix minimum peut également être défini au terme de la vente aux enchères. Ainsi un propriétaire qui estimerait que le dernier prix proposé ne correspond pas à la valeur de son poulain peut finalement décider de ne pas le céder. Ce cas de figure reste relativement rare puisque 75% des yearlings ont trouvé preneur cette année.

Copyright : Clara Durfort

Une fois le coup de marteau donné, le poulain devient la propriété de son acquéreur. Le haras en charge de sa présentation aux ventes le reconduit dans son box et passe immédiatement la main au nouveau propriétaire. La plupart des yearlings seront emmenés par transporteur durant la nuit.

Clarousse reporter : mes impressions.

Totalement novice dans le monde des courses, j’ai beaucoup apprécié cette manifestation !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’un événement fermé ou élitiste : l’entrée est gratuite et les simples curieux ou passionnés sont nombreux. Le public reste d’ailleurs très familial.

J’ai également été étonnée par la proximité entre le public et les chevaux mis en vente : les yearlings passent souvent à quelques mètres de nous et il est facile de rencontrer les équipes des différents haras présents.

On peut bien sûr s’interroger sur l’avenir de chevaux mis au travail si jeune, mais il n’empêche que cet événement rassemble l’élite des galopeurs et qu’il permet d’admirer de superbes poulains dont la génétique et les prix font rêver plus d’un passionné.

En bref, c’est à mon sens une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie de cavalier, que l’on s’intéresse ou non au monde des courses !

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.