Les questions à se poser avant d’être propriétaire

Avoir son propre cheval est le rêve de tous les cavaliers. Mais plus qu’un rêve, c’est un véritable engagement que l’on prend. Avant de prendre sa décision et d’être propriétaire, il y a une série de questions à se poser. Cette liste n’est pas dans l’ordre et est bien sûr non exhaustive.

Quelle race ?

phorses1_1351352c

Le choix de la race peut être un critère important

Pour commencer vos recherches, il faut que vous sachiez ce que vous souhaitez faire avec votre cheval. Partir en concours toute l’année, faire des randonnées, de l’attelage ou avoir un cheval plutôt polyvalent. Les races de chevaux sont parfois prédisposées à certaines disciplines, comme le cheval arabe pour l’endurance ou encore le mérens pour de la randonnée, tandis que le selle français reste en revanche très polyvalent.

En choisissant votre race, vous choisissez aussi son tempérament. Même si chaque cheval a son caractère, un pur-sang qui a couru sera toujours plus vif et près du sang qu’un cheval tel que le percheron qui est généralement plus froid. C’est une question très importante à se poser, bien qu’il faille toujours rester ouvert aux propositions.

Quel âge ?

Dans la même optique que de savoir qu’elle sera votre activité principale, il est important d’avoir une idée d’âge pour votre cheval. Avez-vous envie d’un jeune cheval qui vous permettra plusieurs saisons de concours, d’un cheval plus expérimenté qui connaît bien son métier de cheval de selle ou alors d’un poulain pour connaître son cheval tout au long de sa vie et l’éduquer soi même ?

A vous de faire ce choix, n’hésitez pas à vous faire conseiller par d’autres cavaliers, notamment par votre coach.

Quel sexe ?

Il est important de savoir quel sexe vous souhaitez. Le tempérament est souvent régi par les hormones, je vous conseille de lire cet article rédigé par Kawelo pour faire votre choix.

Pour quel investissement ?

Une fois que l’on a le « portrait robot » du cheval idéal, il y a deux question incontournable à se poser :

  • Quel sera mon investissement financier ?
  • Quel sera mon investissement temps ?

Car un cheval, c’est du temps et de l’argent. La dernière peut plus facilement se mesurer. Renseignez-vous sur les prix des pensions, des vétérinaires, maréchaux, ostéopathes et dentistes. En calculant tous les tarifs, vous aurez une idée du budget pour entretenir votre cheval. Sans compter qu’il y a toujours des extras, j’ai nommé l’équipement, des stages ainsi que des blessures et maladies qui peuvent survenir à tout moment. Soyez donc sûr de pouvoir subvenir à ses besoins, sans vous mettre dans le rouge à chaque fin du mois. Le cheval doit rester un plaisir et non une cause de difficulté financière.

Et un cheval ne peut pas rester sans surveillance. Au box, il faut le sortir tous les jours pour son moral et pour entretenir son état physique. C’est du temps, beaucoup de temps. Il faut donc vous demander si vous vous sentez prêt à passer aussi souvent aux écuries après les cours ou le travail. Et en pâture, même si le cheval n’est pas enfermé toute la journée, il faut vérifier l’état des clôtures et s’assurer qu’il ne s’est pas blessé, qu’il ait suffisamment d’eau et de nourriture.

Où le placer ?

boxes_chevaux

Le type de logement de votre cheval peut dépendre de vos moyens et aussi de votre région

En pension, au pré ou chez soi ? C’est à vous de décider et de voir si vous avez le terrain pour accueillir un cheval (et les frais supplémentaires de nourriture et d’entretien des clôtures que cela entraine) ou si vous préférez qu’il soit au pré ou en box chez quelqu’un d’autre.

Le choix d’une pension au box est souvent plus onéreux car le cavalier bénéficie d’aires de travail ainsi que d’autres services (douche, sellerie, etc.) qui est plus difficile à trouver si le cheval est au pré toute l’année ou s’il est à la maison. Prenez votre temps pour savoir ce que vous souhaitez comme vie pour votre cheval. Renseignez-vous en premier lieu sur ses antécédents. Un cheval qui aura passé toute sa vie en pâture sera malheureux au box et la réciproque peut également être possible.

Où l’acheter ?

Eleveur, marchand ou association ? Là encore, c’est à vous de décider, notamment selon votre budget. Un marchand vendra toujours un cheval plus cher que chez l’éleveur et le prix des chevaux placés en association dépasse rarement les 1000€.

Chez l’éleveur, vous vous concentrerez de manière générale sur une seule race de chevaux (voire deux). Pour un choix de race en particulier, mieux vaut passer par un éleveur et dans la mesure du possible évitez d’aller le chercher vous même à l’étranger. Les frais pour aller le chercher peuvent être conséquents, vous n’avez pas forcément le temps de vraiment apprendre à connaître l’animal et l’achat est donc souvent précipité. Mais surtout, les lois ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre et il est plus facile de négocier avec un éleveur de son pays. Il n’est d’ailleurs pas rare que les éleveurs aillent eux-même chercher des chevaux dans le pays d’origine de la race.

Avec un marchand, il vous suffit généralement d’expliquer ce que vous recherchez et le marchant trouve la cheval qui correspond au mieux à vos attentes. Il a un plus grand réseau, connaît bien les éleveurs et d’autres marchands. Mais comme tout intermédiaire, il prend sa commission lorsque vous achetez le cheval. Vous faites confiance à une tierce personne pour vos recherches, le prix d’achat est donc élevé en conséquence.

Il n’est pas rare de croiser des cavaliers qui ont adopté leur cheval. Sauvés de l’abattoir ou réformés des courses, ces chevaux sont souvent proposés par des associations. C’est une occasion de donner une nouvelle vie à ces chevaux qui n’ont pas toujours eu de chance. Adopter un cheval, plutôt que de l’acheter, est un très beau geste mais il faut garder en tête que le cheval peut être à retravailler complètement, qu’il faut parfois gérer des troubles du comportement, si c’est un cheval qui a été battu et qu’il reste craintif vis à vis de l’homme par exemple. Mais la perle rare se trouve aussi auprès de ces associations, composées de vrais passionnés.

Il reste évidemment le choix de regarder les petites annonces sur les sites internet et de le trouver chez un particulier qui revend son cheval pour X raison. Comme pour l’âge et la race, ne fermez pas la porte aux occasions. Laissez ouvert tous les horizons sur le choix de votre future monture.

Sans-titre1

Prenez ensuite le temps d’essayer le cheval de votre choix, faites-vous accompagner par une personne de confiance et qui saura vous guider. Le but est de se faire plaisir pour de nombreuses années à venir. Evitez le coup de cœur qui peut se révéler être un cauchemar. Si possible, essayez plusieurs fois le cheval et testez le plus de situations possibles : dressage, saut, balade… tout ce que vous pourriez faire plus tard !

Avoir son cheval, c’est surtout avoir un compagnon pendant une grande partie de votre vie.

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.


Commentairess 2

  1. chacha 20 octobre 2015
    • Helene 21 octobre 2015