Les 10 qualités d’un homme de cheval, selon Pat Parelli

Selon Pat Parelli, le véritable homme de cheval doit avoir 10 qualités.

Il considère ces qualités comme de vrais ingrédients qui doivent être parfaitement maîtrisés, telle une seconde nature, afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles. Voici donc les dix qualités d’un homme de cheval, selon Pat Parelli :

Qualité n°1 : le coeur et le désir

Selon le chuchoteur, la première qualité à avoir en tant qu’homme de cheval est d’avoir du coeur et du désir. Il cite l’exemple de la manière dont se comporte une jument avec son poulain pour illustrer ses propos, et affirme que c’est ce type de liaison qu’on devrait trouver entre un homme et son cheval.

Il ajoute que le coeur et le désir d’un homme doivent se trouver dans sa relation avec son cheval et non dans la victoire ou l’exécution, et donc que ces derniers, bien qu’importants et tout à fait normaux, ne doivent pas prendre le pas sur le rapport homme-cheval.

Qualité n°2 : le respect

La qualité que Pat Parelli cite en deuxième est le respect du cheval. Il est important que la personne qui se dise « homme de cheval » (ou qui veuille le devenir) ait un profond respect envers le caractère intrinsèque du cheval, et qu’il ne soit pas basé sur ses compétences ou autres notions purement secondaires.

Ce respect se traduit notamment par la qualité et la durée d’attention qu’un homme est capable d’apporter à son équidé.

Qualité n°3 : l’impulsion

Pat Parelli cite l’impulsion comme troisième qualité de tout homme de cheval. Et par « impulsion », il sous-entend la « collecte émotionnelle », c’est-à-dire le fait d’obtenir une corrélation parfaite entre l’énergie et l’émotion du cheval et la sienne.

L’homme doit avoir un contrôle absolu sur ses propres émotions de manière à rester calme et même presque solennel avec le cheval, sans se laisser dépasser.

Qualité n°4 : la flexion

La flexion, quatrième qualité d’un homme de cheval selon Parelli, est la traduction du cheval dans son entièreté (mental et physique). L’homme doit apprendre à être souple dans son propre corps de manière à agir en totale harmonie avec les équidés, de permettre à ces derniers de nous comprendre et de se refléter en nous.

Cela permet notamment d’améliorer les performances des chevaux, aussi bien lors d’exercices basiques que d’exercices plus compliqués. Parelli cite par exemple la marche (pour les exercices basiques) et le piaffer (dans les complexes) pour illustrer ses propos.

Qualité n°5 : la positive attitude

L’attitude de l’homme du cheval doit être positive, progressive et naturelle. Il dénonce les cavaliers, trop nombreux, qui ont une approche mécanique des chevaux et de l’équitation, et qui en oublient d’être naturels ; ceux qui répètent sans cesse les mêmes exercices ou qui s’éparpillent complètement dans leur travail ; et ceux qui, enfin, manquent d’esprit positif.

Seules ces trois clés (le positif, le naturel et le progressif) permettent de donner envie au cheval de travailler, de lui donner envie de donner le meilleur de lui-même en toutes circonstances. Si ces trois critères ne sont pas respectés, le cheval risque au contraire d’être blasé, de perdre son côté curieux et de ne plus mettre de coeur à l’ouvrage.

Qualité n°6 : le feeling

Le feeling est une notion complexe qu’il est difficile de décrire : il s’agit en quelque sorte du ressenti du cavalier. C’est grâce au feeling que l’homme de cheval va savoir comment le cheval va réagir à telle action ou tel stimuli, et donc comment agir lui-même.

Le feeling n’est pas forcément inné, il peut parfaitement s’acquérir au fil du temps et des expériences. Parelli cite l’exemple du cavalier de saut d’obstacles qui apprend à ne plus regarder les obstacles mais à porter son regard loin devant lui (ou sur l’obstacle suivant) et à se laisser sentir aller sur les obstacles.

Pour l’homme de cheval, le feeling se traduit notamment par le fait d’être positif, progressif et naturel.

Qualité n°7 : le timing

Si vous suggérez quelque chose à votre équidé au bon moment, vous constaterez à quel point tout devient plus facile. Il s’agit de faire attention à l’attitude ainsi qu’à l’orientation du cheval avant de lui demander quelque chose de manière à ce qu’il soit dans de bonnes dispositions pour y répondre et ne soit pas pris par surprise. C’est ce que l’on appelle le timing.

Qualité n°8 : l’équilibre

Tout homme de cheval doit également, selon Pat Parelli, faire preuve d’équilibre.

Derrière ce terme d’apparence simple se cache des notions relativement complexes, telles que le timing ou encore le feeling : lorsqu’un cavalier est à cheval, il ne doit pas avoir d’effet négatif sur son mouvement, il doit rester en parfaite harmonie avec sa monture, ne faire qu’un avec lui et ne pas le gêner dans ses mouvements.

Qualité n°9 : le savvy

Le savvy, c’est le fait de combiner divers ingrédients et d’obtenir des résultats positifs reproductibles. Un peu comme une recette que vous aurez amélioré petit à petit, jusqu’à la transformer en un véritable plat de cordon bleu. Le savvy est difficile à atteindre, et s’acquiert grâce à l’expérience.

Qualité n°10 : l’expérience

Dernière qualité recommandée pour Pat Parelli : l’expérience. C’est grâce à l’expérience que l’homme de cheval va réussir à atteindre ses objectifs et à obtenir des résultats positifs beaucoup plus rapidement qu’auparavant. C’est à force de s’entraîner dur qu’il progresse et obtient une réelle maîtrise.

 

Apprenez à maîtriser ces différentes qualités puis appliquez-les dans la relation que vous entretenez avec votre cheval : selon Pat Parelli, vous devriez alors ressentir rapidement une grande différence et pourrez repousser vos limites.

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.


Commentaire 1

  1. rossi 8 mars 2016