Le cheval islandais


Race mise en avant lors du salon du cheval de Paris, le cheval islandais est une race extraordinaire de petite taille, qui maîtrise  naturellement 2 allures supplémentaires, le tölt et l’amble.

Un pur-sang depuis plus d’un millénaire.

Un viking bien poilu

La race du cheval Islandais est apparue avec la colonisation de l’Islande par les vikings, autour du IXème siècle. La race se serait développée lors de croisements entre les races nordiques présentes dans le pays (comme le fjord ou le tarpan) avec des chevaux britanniques. Ces derniers équidés étaient apportés au pays comme butin de guerre par les conquérants.

Les équidés étaient les compagnons de vie des Vikings qui les traitaient comme des membres de leur famille. En effet, les combattants nordiques avaient bien compris que leur cheval était leur plus grand atout lors des batailles. C’est ainsi qu’il n’était pas rare que l’on inhume un guerrier avec son cheval lorsque les deux décédaient en même temps.

@purcheval

©purcheval

Une race inchangée depuis presque un millénaire

Depuis 982, l’Etat Islandais interdit l’importation de chevaux sur le territoire. Ainsi, aucun autre apport de sang étranger n’a été ajouté à la race. De plus, les chevaux y vivent en semi-liberté faisant d’eux des chevaux presque sauvages et originaux.

Ce sont sûrement ces deux facteurs qui font que cette race d’équidé est la seule à avoir conservé le tölt et l’amble. Pourtant, jusqu’à la Renaissance, ces deux allures étaient communes à tous les équidés du sol européen. Mais les mélanges faits par les hommes ont provoqué leur perte.

 

Un amour de boule de poils colorée

Un physique mixte

@purcheval

©purcheval

Chez les islandais, pas de racisme. Toutes les robes sont acceptées en passant des plus classiques aux plus originales.

Afin de rajouter un peu de magie à ce physique déjà atypique, et surtout afin de s’adapter, l’islandais porte des poils très ras l’été alors qu’en hiver il revêtira une fourrure pouvant aller jusqu’à 10 cm d’épaisseur. Encore une « capacité » conservée grâce à la protection de la race pure.

Un mental « feu sous la glace »

Si l’Islandais parait calme, doux, gentil, il devient beaucoup moins placide sous la selle. En effet, une fois combiné à un bon cavalier, ce petit cheval peut réaliser des exploits, surtout grâce à ses allures performantes. L’islandais est un cheval généreux et volontaire doté d’une extrême résistance. Il fera la joie de ses cavaliers.

Actuellement, cette race est plutôt utilisée en randonnée, TREC, attelage, dressage, pony-games. Sans compter les compétitions de Tölt et les courses d’amble, très populaires en Islande lors d’événements. L’islandais est donc un cheval qui s’adapte facilement grâce à sa générosité et sa sociabilité.

 

Des allures atypiques

Le tölt, trotter assis

@Pur cheval

©Pur cheval

Le tölt est la capacité de l’Islandais de trotter en ayant toujours un membre posé au sol. C’est une allure marchée à quatre temps, comme le pas. Le cheval ramène son poids sous l’arrière-main en engageant ses postérieurs ce qui permet de dégager l’avant-main.

Puisqu’elle est régulière, cette allure est très confortable pour le cavalier qui gagne en stabilité. Un joli Tölt présente de grands mouvements relevés et amples des antérieurs, a un bon port de tête et se présente de manière libre et fière.

Le tölt peut être rassemblée et être très lente comme elle peut être allongée et atteindre des vitesses rivalisant avec l’amble ou même le galop.

 

L’amble, à cheval on peut voler

@pur cheval

©pur cheval

L’amble est une allure sautée à deux temps, à l’instar du trot, avec une différence au niveau du poser des membres. Si au trot se sont les membres diagonaux, lors de l’amble les membres du cheval se posent par bipèdes latéraux.

L’amble est une allure très rapide qui donne une impression de voler. Malheureusement, tous les islandais ne connaissent pas l’amble et seuls les meilleurs arrivent à maîtriser les cinq allures.

 

Vidéo des allures du cheval islandais

Dans cette vidéo, vous aurez la chance de voir les cinq allures de l’islandais. Tout d’abord le Tölt, un tölt assez rapide pour ce participant ; puis du trot et du galop ; un autre tour sera fait en amble pour finalement finir sur du pas. Chaque allure dure un tour donc regardez bien.

 

Les islandais aujourd’hui dans le monde

La population de chevaux islandais est assez rare. C’est l’Allemagne qui compte le plus de spécimens, davantage que l’Islande elle-même. Cela est dû au fait que l’Islande n’importe plus de chevaux, ainsi une fois qu’un de ses « produit » est exporté, il est impossible de le rapatrier.

Afin de valoriser la race en France, des associations se sont créées comme Pur Cheval ou bien la fédération française de cheval islandais.

 

Et vous ? Avez-vous essayé l’islandais ? Êtes-vous conquis déjà par cette race ou avez-vous hâte de la rencontrer au salon du cheval de Paris 2014 ?