La dermite estivale


La dermite estivale récidivante des équidés (DERE) est une maladie allergique qui touche les chevaux, principalement durant l’été. Fléau pour chevaux et propriétaires, il est important de vite prendre en charge cette maladie pour la traiter au mieux.

Qu’est-ce que la dermite estivale ?

La dermite estivale est une démangeaison provoquée par la piqûre du moustique culicoïde. La salive du moustique est chargée en toxines et le cheval sensible aura une réaction allergique. La réaction de la piqûre est la même que chez l’homme. La piqûre du moustique nous démange et donc on se gratte. Sauf qu’à force de se gratter, le cheval se blesse et les plaies provoquées par les démangeaisons peuvent s’infecter.

femelle-culicoides

Le moustique culicoïde, responsable de la dermite

Si tous les chevaux peuvent être piqués par ce moustique, certains chevaux sont plus sensibles aux allergènes que d’autres. Un cheval qui a déjà des allergies (alimentaires ou cutanées) serait plus sensible à cette maladie. La sensibilité aux allergènes est également une question de génétique et certaines races seraient plus facilement touchées par la dermite comme le frison, le welsh, le pur-sang anglais ou encore le shetland. Cependant aucune race n’en est immunisée.

Le pic d’activité des moustiques a lieu durant le printemps jusqu’à la fin de l’automne. On l’appelle maladie récidivante car un cheval qui a fait une dermite une fois a de très grandes chances (pour ne pas dire systématiquement) de faire une dermite au printemps prochain. Les effets de la dermite s’accentuent chaque année, aussi le propriétaire doit bien prendre en compte les premiers symptômes pour soigner son cheval au mieux.

Les symptômes

Les symptômes de la dermite doivent être rapidement repérés par le propriétaire du cheval. La dermite touche principalement la tête, les oreilles, l’encolure, la crinière, l’abdomen et la base de la queue.

  • En premier lieu, les crins sont ébouriffés à force que le cheval se gratte. Les crins sont souvent cassés, signe que le cheval a des démangeaisons suite à une piqûre.
  • Les démangeaisons vont être de plus en plus importantes, pouvant ainsi toucher la tête. Cela se propage en premier sur la ligne du dessus et la ligne du dessous.
  • A force de se gratter, le cheval va se blesser et de nombreuses plaies vont apparaitre.
  • Les plaies peuvent alors s’infecter si elles ne sont pas soignées.
dermite estivale

A force de se gratter, le cheval perd son poil

Au fil du temps et à force de gratter, la peau du cheval va s’épaissir et les poils/crins ne pourront plus repousser.

En hiver, la maladie est en phase de rémission naturelle, cependant il ne faut pas attendre l’hiver pour agir contre la dermite estivale !

Si toutefois la dermite n’est vraiment pas prise en charge, il est possible qu’elle devienne permanente : il n’y aura alors plus de phase de rémission durant l’hiver.

Le traitement

Il n’existe pas de traitement médicamenteux pour faire disparaitre la dermite estivale. Toutefois différents soins sont possibles pour limiter la propagation et pour soulager le cheval de ses démangeaisons.

La première chose à faire est de bien soigner les plaies afin d’éviter tout risque d’infection si le cheval s’est trop gratté.

A défaut de pouvoir donné un traitement médicamenteux (pour certains sujets très sensibles, il est possible de donner des corticoïdes pendant une durée limitée et déterminée par le vétérinaire), il existe des solutions de prévention pour limiter les piqûres des moustiques, pour soulager les démangeaisons ou l’empêcher de se gratter.

3190

Östra Ljungby Naturgymnasium, Sweden 2012

En premier lieu, il est intéressant de couvrir le cheval d’une protection contre les insectes. Une grande couverture qui protège entièrement le cheval et une protection pour l’encolure est une bonne solution pour empêcher les piqûres de moustique et éviter qu’il ne se gratte. Il existe aussi une « combinaison » composé d’un protège encolure et d’un couvre-rein pour empêcher les insectes de le déranger durant votre séance montée.

 

Pour limiter les blessures, il faut aménager l’espace du cheval. Evitez une pâture avec des arbres ou avec autre élément (mangeoire) avec lequel il pourrait se gratter. Mettez lui à disposition un abri ouvert et à l’ombre. Le mieux est de le laisser au box durant la journée et le sortir plutôt le soir vers 17h.

N’hésitez pas à utiliser des shampoings spéciaux pour traiter et calmer les démangeaisons. C’est aussi une bonne solution pour le rafraichir s’il fait trop chaud et cela ajoute un petit moment privilégié avec votre cheval ! Vous pouvez également utiliser des répulsifs comme Emouchine ou des huiles essentielles pour éloigner les insectes. L’application d’huile de cade est très efficace ! Elle permet de calmer les démangeaisons, repousse les insectes et cicatrise les plaies. Faites toutefois bien attention, si votre cheval fait facilement des réactions allergiques, assurez-vous qu’il supporte bien le produit que vous lui appliquez.

 

Si le cheval est bien traité contre sa dermite, il n’a pas besoin d’être au repos. Il peut travailler tout à fait normalement, sans varier l’intensité du travail ni le nombre de jours travaillés. Veillez toutefois à bien le protéger (répulsif ou protection) pour que sa séance (surtout si elle se fait en extérieur) ne devienne pas dérangeante, la transpiration attirant les moustiques. Si toutefois des plaies sont présentes sur le cheval aux endroits en contact avec la selle ou la sangle, mettez-le au repos afin d’éviter tout frottement et risquer de rouvrir les plaies qui se referment.

 

Votre cheval a-t-il eu une dermite ? Quelles sont vos astuces pour la traiter ?

La dermite estivale
Notez cet article