J’ai testé pour vous : Coté crin, créateur de bijoux en crins de chevaux


Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous présenter l’histoire de Côté crin et ses produits.

Quelques préjugés…

J’ai rencontré Séverine, la fondatrice de cette entreprise, à Vierzon lors du Grand National de Dressage.

Lorsque je suis arrivée sur le stand, j’ai joué de mon scepticisme. Côté crin vend des bijoux en crins de chevaux : bracelets, médaillons, boucles d’oreille ainsi que des porte-clés. Tous sont réalisés à partir des crins de la queue votre cheval préféré. Personnellement j’avais toujours associé ces créatrices de « bijoux » à des adolescentes en manque d’argent de poche… Aussi, telle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai découvert une jeune femme pleine d’énergie et ne manquant pas de travail !

Voir une adulte les réaliser apporte, il est vrai, une certaine crédibilité au produit. Je me suis alors approchée du stand et ai tout de suite été séduite par la finesse des bijoux.

Une créatrice passionnée

Lors de nos échanges, j’en ai appris beaucoup sur ce parcours peu commun. Mère de deux enfants et femme au foyer, elle a décidé de se lancer dans cette entreprise pour, au départ, faire passer le temps. Si au début elle n’a pas eu la réception escomptée, elle fut finalement accueillie par les Belges en premier lieu avant que son nom ne soit entièrement reconnu en France également.

Très vite, elle m’explique que le tressage de crins de chevaux demande une vraie expertise. Afin qu’ils restent forts et ne cassent pas, ils doivent être lavés et tressés avec le plus grand soin. Toutefois, comme les cheveux, chaque poignée de crin est unique en son genre et requiert plus ou moins de connaissance ou de temps passé. Ensuite, il suffit d’ajouter les petits « agréments » en acier inoxydable ou en argent (sur commande) et de peaufiner le tout à l’aide d’un fermoir.

Des produits variés et de qualité

Au vu des nombreux bijoux présentés, je me doute que cela doit demander énormément de travail. Mais à la question « Souhaitez-vous vous agrandir ? » la réponse est « non ». Chaque commande est travaillée personnellement dans le respect et l’envie de conserver la relation sentimentale qu’il peut exister entre le propriétaire du cheval et ce dernier. Ainsi, lors de la « récolte » des crins, ces derniers sont mis dans un sac, bien séparés les uns des autres, et ne sont jamais mélangés à ceux de chevaux inconnus. De plus, vous pouvez récupérer les crins inutilisés après la commande ou bien les lui laisser.

A ce moment-là, j’étais presque conquise mais toujours un peu dubitative. Son travail semblait être d’une grande qualité mais j’avais peur que ça ne casse malgré le rendu qui semblait un peu « plastique » et ne devrait pas bouger. Après avoir réalisé de multiples tests de destruction en la compagnie de Séverine, je ne peux pourtant que confirmer leur résistance !

De plus, les nombreux clients qui défilèrent durant ces quatre jours de compétition et les nombreuses commandes que Séverine a reçus ont achevé ma suspicion. Comment pouvait-elle vendre autant si ce n’est qu’en satisfaisant ses clients ?

Allez, je me laisse tenter !

J’ai donc décidé de me laisser tenter, et j’ai commandé mon bracelet. Les crins venaient de mon ancienne demi-pension à laquelle je suis très attachée : Joker. Appaloosa, mon doudou allait être un défi avec sa belle queue de rat grise et noire. J’ai pris une mèche derrière la queue de la longueur maximum et de largeur d’un doigt et j’ai envoyé tout cela. J’ai demandé un tressage fin, impossible de faire mieux avec le peu de crins récupérés, avec un mors au milieu pour combler, à nouveau, le manque de crins évident. Pour le fermoir j’ai opté pour un simple crochet qui ferait plus petit sur mon poignet.

Cela fait maintenant plus d’un mois que je porte, en permanence, mon nouveau bracelet. J’en suis complètement satisfaite ! Toutefois, lors d’une forte chaleur j’ai remarqué que le mors en métal déteignait avec la sueur.  Tout de suite Séverine m’a conseillée de mettre du vernis transparent et depuis la couleur ne bouge plus. Par ailleurs,  la jeune entrepreneuse est à la recherche d’un fournisseur où elle pourrait trouver ce même accessoire mais en acier inoxydable, cette fois, pour avoir une même qualité dans toute sa gamme.  Confortable, il se porte comme un bracelet normal même si au départ, malheureusement, il sentait un peu… le crottin (rires).

 

J’ai maintenant l’impression d’avoir toujours un part de Joker avec moi et ce bracelet est devenu un vrai talisman pour moi. Je suis séduite ! Et vous, que pensez-vous des bracelets (et autres bijoux) en crins ? Vous êtes-vous déjà laissés tenter ?


Commentaire 1

  1. Soon a Horse 1 novembre 2015