Gérer la gestation et le poulinage


Nous voici arrivés à la période de l’année où les poulinages ont lieu, le temps est donc venu de faire le point sur la gestion des juments pleines.

De l’alimentation à la vaccination, tous les vétérinaires sont d’accord pour dire qu’une bonne gestion de la jument en gestation permet d’accroître les chances d’avoir un poulain en bonne santé.

 

Soins préventifs durant la gestation

Environnement, vaccination et vermifugation

Les juments gestantes sont généralement plus stressées qu’en temps normal, et cela les rend plus sensibles à leur environnement, et notamment aux maladies.

Dans un premier temps, pour prévenir le stress, il est préférable de ne pas séparer les juments de leurs compagnons de pré habituels pendant la gestation, et encore moins de les laisser seules. Ceci ne ferait qu’empirer le stress ressenti par la jument.

En ce qui concerne la vaccination, prenez le temps d’en parler avec votre vétérinaire. Il est important de garder les vaccins de la jument à jour sans pour autant oublier que certains vaccins peuvent s’avérer dangereux à certains stades de la gestation. Même si garder une jument en pleine santé doit être une des priorités, il n’en reste pas moins que la santé du poulain à naître ne doit pas non plus être mise en danger. Il est donc possible que ne pas vacciner soit une meilleure solution, et que l’exposition de la jument à diverses pathologies soit moins risquée que la vaccination elle-même.

Ces aspects pris en compte, les rappels de vaccins devront être faits au plus tard 3 à 4 semaines avant le poulinage afin de permettre à la jument de fabriquer suffisamment d’anticorps. En effet, durant ses premières semaines, le jeune poulain fabrique son système immunitaire grâce au colostrum qu’il reçoit de sa mère. En fabriquant ses propres anticorps, la jument gestante pourra après les transmettre à son poulain qui bénéficiera d’un système immunitaire des plus efficaces, ce qui n’est pas négligeable face à ce qui l’attend !

Les vermifuges ne doivent pas être mis de côté non plus. Les juments gestantes sont davantage sensibles aux parasites qui les entourent, notamment à cause du stress de la gestation. Il est préférable donc de vermifuger comme il se doit la jument. Des précautions devront toutefois être prises afin d’être sûre que les molécules utilisées sont sans risques pour le poulain (ce qui s’avère être le cas pour la majorité des vermifuges)

 

Les juments gestantes nécessitent une attention toute particulière

 Alimentation et surveillance

L’alimentation des juments gestantes ne doit pas être prise à la légère : une jument obèse aura tendance à donner des poulains plus petits et plus fragiles. La jument doit donc être maintenue a un poids correct (entre 6 et 7, sur une échelle de 1 à 9, échelle qui sera reprise dans un prochain article).

Pour cela, il est important de conserver un régime alimentaire strict et complet pour la jument, et notamment durant les 3 derniers mois de la gestation : c’est pendant cette période que le foetus se développe le plus. Privilégiez les aliments complets, sans pour autant abandonner les fourrages.

 

Quelques semaines avant la date prévue du terme, n’oubliez pas de surveiller régulièrement votre jument. Il faudra notamment la déplacer vers son lieu de poulinage au moins 4 semaines avant la date attendue du terme. Cela lui permettra de s’adapter à son nouvel environnement et éviter le stress au moment du poulinage, mais aussi de fabriquer un système immunitaire adapté à ce nouvel environnement.

Des examens réguliers seront également importants afin de prévenir le poulinage : grossissement de la mamelle et croissance des tétines, relaxation des muscles pelviens sont des signes annonciateurs d’une mise bas proche. A noter tout de même que toutes les juments ne sont pas semblables et que ces changements n’apparaîtront pas chez toutes les juments.

 

Le moment tant attendu

Quelques jours avant

La question que tout propriétaires se pose, c’est bien sûr quand arrivera  le jour J. Malheureusement, il n’est pas facile de prévoir avec exactitude la date du poulinage. Toutefois, quelques changements notables permettent d’appréhender un peu plus aisément cette date.

 

Deux à quatre semaines avant le poulinage, la mamelle va grossir de manière importante. Notez tout de même que pour un tout premier poulinage, la mamelle ne grossit pas systématiquement, mais aussi que certaines juments peuvent avoir des oedèmes mammaires pouvant être confondus avec un grossissement de la mamelle.

Entre 2 jours et 2 semaines avant le jour J, les tétines vont également se remplir de colostrum et provoquer donc une croissance notable des tétines.

Dans les cliniques, les vétérinaires procèdent également à des analyses chimiques du lait : une diminution du sodium et une augmentation du potassium sont notées environ 24h avant le poulinage. Des tests plus simples sont également possible, notamment avec de l’eau calcaire ou par mesure du pH des sécrétions : il descend en dessous de 6.4 environ 72h avant le poulinage.

Si la jument est en état de stress quelques jours avant la mise bas, cette dernière peut être retardée

 

La naissance du poulain

Etape 1

Cette première étape peut durer de 30 min à 4h. La jument paraît agitée, et semble souffrir de coliques. Ce comportement est dû au mouvement du poulain dans le ventre de la jument : celui-ci se déplace pour se mettre dans la position idéale. En bougeant, le poulain appui contre le col de l’utérus qui s’ouvre petit à petit, et lorsque que l’une des membranes va traverser le col de l’utérus, elle va se rompre (cela correspond à la perte des eaux).

Le poulain se met debout et commence à marcher rapidement après la naissance

Etape 2

Cette étape correspond à la naissance du poulain, au moment où les contractions sont les plus fortes. A partir de la première contraction, le poulain doit être né 20 à 30 minutes après. Si ce n’est pas le cas, un vétérinaire doit intervenir.

La jument s’allonge et reste allongée après la naissance du poulain afin de permettre au sang du placenta de s’écouler par le cordon ombilical jusqu’au nouveau né. Il est important de ne pas déranger la jument pendant cette étape, s’il n’y a aucun problème visible, restez à l’écart car c’est le moment où le poulain et la mère tissent leurs premiers liens.

Etape 3

Cette étape concerne la délivrance. Le placenta doit être délivré dans les six heures qui suivent la naissance du poulain. Il faut veiller à ce que la jument ne marche pas dessus, ce qui pourrait causer des lésions au niveau de la vulve.

Il est possible que le poulain se présente mal : il doit normalement se présenter les antérieurs en premier, puis la tête, et le reste du corps viennent après. S’il vous semble qu’il y ait une possibilité que le poulain ne soit pas bien placé, appelez votre vétérinaire. Faites de même si le placenta ne sort pas dans l’heure qui suit la naissance du poulain. S’il finit par sortir avant l’arrivée du vétérinaire, conservez-le afin de vérifier qu’aucune infection ou lésion ne sont responsables de ce retard.

Si le moindre problème survient lors du poulinage, appelez votre vétérinaire ! Dans 90% des cas, les juments poulinent seules sans problème, mais personne ne vous en voudra de vous inquiéter, même si tout fini bien!