Génétique des robes : la robe blanche


Dans les précédents articles, nous avons parlé du gène Extension (robes alezane et noire), du gène Agouti (robe baie) et du gène Crème (cremello, perlino, isabelle, palomino et bien d’autres encore !). Aujourd’hui nous allons parler du gène White, responsable de la robe éponyme : la robe blanche.

A quoi ressemble la robe blanche ?

Les chevaux blancs sont très rares. Un cheval blanc a la peau rose et des yeux noisette, bruns ou bleus. Sa robe est blanche, tout comme le sont ses sabots et ses crins.

Cette robe ne doit pas être confondue avec les chevaux cremello qui, bien qu’ils soient très clairs également, ne sont pas porteurs du gène W mais bien du gène Crème en deux exemplaires (CrCr).

Les chevaux blancs ne doivent pas non plus être confondus avec les chevaux gris qui, avec l’âge, tendent vers une couleur blanchâtre : les chevaux gris ont en effet la peau noire et sont porteurs du gène Grey (que nous verrons dans un prochain article) et non du gène White.

Attention aux confusions : ce cheval a l'air d'être blanc et pourtant il s'agit d'un cheval gris : observez attentivement la couleur de sa peau (visible notamment autour des yeux et sur le bout du nez) : elle est grise et non rose...

Attention aux confusions : ce cheval a l’air d’être blanc et pourtant il s’agit d’un cheval gris : observez attentivement la couleur de sa peau (visible notamment autour des yeux et sur le bout du nez) : elle est grise et non rose…

A noter qu’à l’heure actuelle ce gène n’a pas encore été localisé sur l’ADN par les chercheurs, et qu’il n’existe donc pas de test génétique permettant de savoir si un cheval est ou non porteur du gène White.

La robe blanche et la génétique

Le gène White

Le gène responsable de cette robe est le gène White, représenté W si l’allèle est dominant (actif) et w si l’allèle est récessif (non actif). Le cheval doit donc avoir, selon toute logique, au moins un allèle W pour avoir la couleur blanche.
Cependant, et c’est ce qui explique sa rareté, les poulains possédant un génotype blanc homozygote (WW) présentent des malformations au niveau de l’intestin et décèdent dans les heures ou les jours suivant leur naissance. (Voir l’article « Syndrome du poulain blanc » pour en savoir plus).
Ainsi, un cheval blanc ne peut finalement avoir que le génotype suivant : Ww.
Le gène White est un gène dominant qui cache les autres gènes. Il est donc impossible de savoir quels sont les autres allèles qui constituent le génotype d’un cheval blanc, à moins d’étudier de près sa généalogie ou de réaliser un test génétique.

Du côté des croisements…

Du côté des croisements, c’est très simple !

  • Il faut au moins un parent blanc pour obtenir un poulain blanc.
  • Si les deux parents sont blancs, le poulain peut être blanc hétérozygote (Ww), blanc homozygote (WW, mais il survivra pas longtemps) ou de n’importe quelle autre robe, en fonction des parents si le poulain est ww.

Ainsi, lorsqu’on croise deux chevaux blancs, on a seulement 50% de chance d’obtenir un poulain blanc en pleine santé (25% de risques d’obtenir un poulain victime du syndrome lethal white et 25% de chance d’obtenir une autre robe).

Sources : Wikipedia


Commentairess 7

  1. Capu' Mikito 18 août 2014
    • kawelo 18 août 2014
  2. Capu' Mikito 18 août 2014
  3. Capu' Mikito 18 août 2014
    • kawelo 18 août 2014
      • Capu' Mikito 19 août 2014
        • kawelo 20 août 2014