Cross : comment franchir un contre-haut ?

Que vous soyez un cavalier de loisir ou de concours complet, il vous sera demandé de franchir un obstacle au profil quelque peu atypique et effrayant : le contre-haut. Cet obstacle, très formateur pour le cheval comme pour le cavalier, nécessite un abord bien particulier pour être franchi dans de bonnes conditions.

Qu’est-ce qu’un contre-haut ?

Un contre-haut, qu’est-ce que c’est ? Tout simplement une marche, plus ou moins haute, que le cheval doit monter d’un seul bond. On en trouve sur tous les parcours de cross, y compris dans les petites épreuves.

Cet obstacle peut être précédé ou suivi d’un ou plusieurs obstacles rapprochés, ce qui peut rendre une combinaison très complexe. Il existe aussi un obstacle appelé le piano, qui consiste en une succession de contre-haut (ou contre-bas, s’il est franchi dans l’autre sens).

Cet obstacle, qu’il s’agisse d’un contre-haut isolé ou d’un piano, prend particulièrement sur l’impulsion du cheval et lui demande beaucoup de force. Le cavalier doit donc se faire le plus léger et discret possible.

Comment bien franchir un contre-haut ?

L’abord

Pour bien franchir un contre-haut, le cavalier se doit d’être le plus discret et le plus léger possible en selle. En effet, comme dit précédemment, il s’agit d’un obstacle qui demande de la force et de l’impulsion pour le cheval : ce n’est donc pas le moment de gesticuler dans tous les sens et de le gêner dans son abord ou durant le saut !

Pour bien l’aborder, commencez par réduire l’amplitude de vos foulées afin de permettre au cheval de bien voir ce qui l’attend, redressez-vous et relevez légèrement la tête de votre monture, sans tirer sur les rênes. Gardez vos jambes au contact pour maintenir l’impulsion tout en gardant une cadence constante.

Dans l’abord, accompagnez généreusement votre cheval en avançant vos mains, ceci afin de le laisser monter ses épaules et passer son dos. Si vous restez accroché aux rênes, vous risqueriez la chute !

N’hésitez pas à attraper une poignée de crins si vous n’êtes pas totalement en confiance : cela vaut toujours mieux que de bloquer la tête du cheval.

Après le saut…

Le contre-haut, tout comme les obstacles en montée soit dit en passant, est un obstacle qui prend énormément sur l’impulsion du cheval.

Aussi, pensez à bien relancer votre cheval dès la réception afin de trouver rapidement un galop de cross.

Attention toutefois à ne pas bousculer votre monture, au risque de le faire tomber dans un équilibre sur les épaules ou d’obtenir un galop précipité.

Premiers sauts

Le contre-haut est un obstacle qui peut perturber les chevaux : pour les premiers sauts, privilégiez un obstacle de faire hauteur (environ 50 cm). N’hésitez pas à utiliser une barre de réglage pour aider le cheval à bien comprendre ce qui l’attend et à trouver de lui-même la bonne place.

N’ayez pas peur d’avoir un contact presque flottant sur ce type de saut les premières fois : laissez le cheval se prendre en main !

Un obstacle particulièrement formateur

Cet obstacle est particulièrement formateur, que ce soit pour les chevaux ou les cavaliers :

Du point de vue du cavalier

Le cavalier apprend très rapidement à rester parfaitement à sa place : trop en avant il déséquilibre le cheval et l’empêche de monter ses épaules, trop en arrière il ajoute un poids inutile sur les hanches du cheval et rend l’effort plus important.

Du point de vue du cheval

Le contre-haut est idéal pour améliorer le geste du cheval, notamment parce qu’il lui apprend à fortement monter ses épaules et à lever ses genoux. C’est un exercice particulièrement formateur pour les chevaux qui ont tendance à laisser traîner leurs antérieurs… à condition toutefois d’y aller progressivement et de ne pas amener un cheval sur un contre-haut imposant alors qu’il ne dispose pas encore d’une technique parfaite.

Petit exercice

Pour améliorer le rebond et l’équilibre du cheval tout en lui faisant gagner en autonomie, vous pouvez placer un petit vertical une à deux foulées après le contre-haut. Cet exercice fonctionne en outre parfaitement avec les contre-bas.

Attention là encore à ne pas mettre un vertical trop haut et à bien calculer la distance entre les deux obstacles : le risque de blessure est important sur ce type d’exercice ! Dans un premier temps, n’hésitez pas à commencer par une simple barre au sol, qui sera progressivement remplacée par un cavaletti puis par un vertical de faible hauteur lorsque le cheval aura parfaitement compris l’exercice.

 

Copyright image à la une : ©Franck Becquart

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.