La castration : ce qu’il faut savoir

La castration du cheval est un acte qui vise à retirer les capacités du cheval à se reproduire. Le but est donc de retirer les testicules afin de supprimer la production des hormones sexuelles (notamment la testostérone) et de spermatozoïdes.

Pourquoi castrer mon cheval ?

Certains étalons sont parfois difficiles à gérer

Castrer son cheval s’effectue en général dans un but bien précis. La plupart du temps, il s’agit du choix du propriétaire ou de l’éleveur de ne pas mettre son cheval à la reproduction et donc de se soustraire à la contrainte de garder un cheval entier.

Bien que nombre d’entiers supportent la compagnie de hongres, une bonne partie est voué à une vie en solitaire. Comme pour tout, certains s’en accommoderont, et d’autres seront sans cesse à la recherche de compagnie, des hongres ou des juments. Vous l’aurez compris, la vie d’un entier est plus ou moins difficile à gérer : destruction des clôtures, problèmes comportementaux en main ou au travail, etc.  La castration peut être une solution à ces problèmes.

D’autre part, un cheval entier est sujet à diverses pathologies testiculaires ( torsion, tumeur, inflammation, etc…) et la castration permet de prévenir ces risques.

Dans le cas d’un cheval cryptorchide, c’est-à-dire un cheval dont l’un ou les deux testicules sont restés à l’intérieur de l’abdomen, il y a un risque accru de tumeur testiculaire. La castration devient alors plus que conseillée, bien que l’opération soit toutefois plus compliquée qu’une castration classique.

 

Période et mode opératoire

A quel âge castrer son cheval ?

La castration est possible à tous les âges, mais certains moments sont plus propices que d’autres !

D’une manière générale, il est possible de castrer son cheval uniquement lorsque les deux testicules sont descendus en dehors de l’abdomen. Cela se produit le plus souvent avant l’âge d’1 an, ou parfois quelques mois après.

Bien qu’il existe des variations individuelles, plus le cheval sera castré tôt, et plus son comportement d’entier sera réprimé. C’est pour cela que l’on conseille de castrer les chevaux au plus jeune âge afin d’éviter les problèmes comportementaux « d’étalon ».

Toutefois, la testostérone produite par les testicules est une hormone qui favorise le développement musculaire notamment. Ainsi, les chevaux sont souvent plus étoffés lorsqu’ils restent entiers plusieurs années.

Certains choisissent donc comme compromis de castrer le cheval vers 2 ou 3 ans, afin qu’il se soit largement développé, sans trop conserver son caractère d’entier.

On évitera malgré tout de castrer un cheval « trop vieux », l’anesthésie étant alors moins bien tolérée.

A quelle période ?

Concernant le moment de la castration, celui-ci est à définir avec votre vétérinaire.

Cependant, la plupart des castrations sont effectuées au début de l’automne ou au début de printemps : les températures moins élevées rendent l’anesthésie plus tolérable pour les chevaux, mais évite également que la plaie opératoire attire les mouches et s’infecte.

 

Comment se passe la castration ?

A nouveau, tout dépend du vétérinaire, de ses installations et du cheval.

Il existe deux principales méthodes de castration : la castration debout ou bien couchée.

La castration debout est la moins lourde pour le cheval. Elle ne nécessite pas d’anesthésie générale, mais simplement une sédation et une anesthésie locale, et est relativement rapide. Elle requiert toutefois que le cheval soit relativement calme, et accepte facilement une palpation scrotale. Elle est également parfois difficile sur les poneys du fait de leur taille.

La castration couchée est de plus en plus pratiquée mais elle induit davantage de risques liés principalement au couchage de l’animal et à la réalisation d’une anesthésie générale. Toutefois, l’anesthésie peut être de courte durée et la position est généralement plus facile pour le vétérinaire. En outre, on s’affranchit des problèmes de « docilité » du cheval.

L’exérèse des testicules se fait, après incision du scrotum, à l’aide d’une pince émasculatrice (pince de Reimers) qui permet dans un premier temps de comprimer le vaisseau irriguant le testicule afin d’éviter les saignements, puis de couper le cordon testiculaire.

Il est possible de réaliser ou non une suture des bourses après exérèse du testicule. Le fait de réaliser une suture permet d’éviter certaines complications , notamment l’éventration. Toutefois, laisser les plaies « ouvertes » favorise leur drainage et évite donc la rétention de saletés ou bactéries pouvant causer une infection.

D’autres méthodes de castration sont également possibles (castration inguinale, par laparoscopie, ou par la méthode des casseaux), mais elles restent très minoritaires, et réalisées dans des cas particuliers.

 

Après la castration

Les complications

Après une castration, des complications sont bien évidemment possibles :

  • La principale reste l’hémorragie, bénine ou plus importante, pendant mais aussi après l’opération. Ce risque est normalement géré par le vétérinaire et la réalisation de la compression des vaisseaux par la pince.
  • Une infection est toujours à craindre après une opération, mais plus celle-ci sera courte, moins le cheval sera exposé aux agents infectieux (d’où l’intérêt d’une castration rapide).
  • L’éventration est une des complications les plus graves, mais également la moins fréquente. Cela survient lorsqu’une partie des organes abdominaux passent à travers les anneaux inguinaux du scrotum et ressortent donc de l’abdomen.

Enfin, toutes les complications liés à l’anesthésie et au couchage de l’animal sont également bien évidemment à prendre en compte.

 

Les soins

Si la castration est effectuée en clinique vétérinaire, ce dernier va généralement garder le cheval quelques jours afin de gérer les soins post-opératoires et d’avoir une meilleure surveillance.

Si la castration est réalisée chez vous, vous devrez vous en occuper vous-même. Le vétérinaire vous laissera bien entendu des consignes précises sur les suites opératoires. Bien souvent, vous n’aurez qu’à surveiller la bonne évolution de la plaie, et à effectuer si besoin une désinfection du site.

Le cheval devra bien entendu rester au repos plusieurs jours après la castration. Certains recommandent de les laisser au box, d’autres préfèrent les laisser marcher au pré tant que celui-ci n’est pas trop boueux, ces précautions seront à discuter avec votre vétérinaire.

La reprise du travail peut se faire assez rapidement, quelques semaines après l’opération, à condition que la plaie soit belle et en bonne voie de cicatrisation.

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.