5 gestes pour évaluer l’état de santé du cheval

S’assurer que son cheval est en bonne santé est loin d’être facile lorsque l’on est propriétaire. Certains points sont pourtant essentiels et vous allez voir qu’avec quelques petites explications simples, les soins du quotidien vous paraîtront plus simples !

Voilà 5 petits gestes simples mais utiles pour que vos chevaux soient toujours en forme :

① Vérifier l’état de déshydratation

Le cheval est un animal qui transpire énormément, il peut ainsi perdre jusqu’à 40 L d’eau par heure ! Le problème, c’est que chez les chevaux, cette sudation intense n’est pas compensée par le réflexe de la soif. Il est donc important de vérifier, surtout en cas de transpiration, l’état de déshydratation de votre cheval.

file0001584333208

Pour cela, un réflexe simple à avoir : pincer fortement la peau entre le pouce et l’index au niveau du dernier tiers de l’encolure, au dessus de l’épaule. Lorsque vous le lâchez, le plus de peau doit normalement reprendre sa place et aucune marque ne doit persister plus de 2 secondes. Si le pli reste marqué entre 2 et 5 secondes, le cheval est en déshydratation modérée. S’il reste marqué plus de 5 secondes, la déshydratation est importante.

② Prendre la température

Autre signe très révélateur de la santé du cheval, la température rectale. Pour bien prélever la température, utilisez un thermomètre d’au moins 15 cm de longueur. N’ayez pas peur d’enfoncer trop le thermomètre, celui-ci ressortira avec le transit. Le cheval a tendance à se contracter lorsque vous prenez la température, vous pouvez alors pincer légèrement son rein pour qu’il se campe et que vous puissiez enfoncer le thermomètre entièrement.

La température normale d’un cheval adulte au repos est comprise entre 37,2°C et 37,8°C. Pour un poney ou un poulain au repos, la température est légèrement plus élevée, elle se trouve entre 38°C et 38,5°C. Les poulains jusqu’à 6 mois sont plus proches de 38,5°C et se rapprochent de 38°C entre 6 mois et 1 an.

③ Vérifier la couleur des muqueuses

Il est facile de repérer et de localiser rapidement un problème interne notamment à l’aspect des muqueuses des yeux et de la bouche.

Les variations de couleur des muqueuses sont le seul véritable indice externe d’une atteinte pathologique interne. Chez un cheval en bonne santé, les muqueuses sont rose pâle. En revanche, elles prennent une couleur rouge brique voire violacée en cas de forte température, d’inflammation ou d’état de choc. Des muqueuses de couleur blanche peuvent indiquer une hémorragie interne importante et une couleur jaune indique une atteinte hépatique.

Pour l’observation des muqueuses de l’oeil, il est plus facile d’être deux. Pendant que votre aide tient le cheval par le licol, appuyez avec le pouce sur la paupière supérieure et poussez le globe oculaire vers l’oreille opposée. En même temps, avec l’autre pouce, tirez la paupière inférieure vers le bas pour découvrir la muqueuse de la conjonctive inférieure. Pensez à observer les deux yeux avant de déduire quelque chose car des petits chocs ou petites atteintes peuvent fausser le diagnostic.

Pour la muqueuse gingivale, soulevez la lèvre supérieure et appuyer sur la gencive avec votre pouce.

④ Observer les crottins et l’urine

Les crottins du cheval doivent normalement être bien ronds, et assez foncés. Des crottins trop liquides et/ou clairs peuvent être signes d’une infection. C’est parfois le cas chez les chevaux parasités.

A l’inverse, des crottins anormalement secs doivent également vous interpeller. L’odeur est un facteur important également, les crottins ne doivent pas sentir fort. Un cheval fait des crottins plusieurs fois par jour, c’est pourquoi l’absence de crottins dans une journée est un signal alarmant : il peut s’agir de coliques !

De la même manière, l’urine doit être, chez un cheval en bonne santé, jaune clair. L’urine trop diluée, très pâle peut signaler une insuffisance rénale, du diabète ou même un « cushing ». A l’inverse, une urine trop foncée, orangée est signe de déshydratation ou d’intoxication.

Certaines pathologies comme un coup de sang, une piroplasmose ou des maladies hépatiques peuvent entraîner la libération dans l’urine d’hémoglobine ou de myoglobine (protéine contenue dans les muscles) qui colorent fortement l’urine en rouge. Une urine présentant des petits points rouges correspond elle plutôt à une atteinte rénale comme des calculs par exemple.

Pour apprécier au mieux la couleur de l’urine, jetez une mouchoir blanc dans la flaque rapidement après que votre cheval ait uriné.

⑤ Vérifier les fréquences cardiaques et respiratoires

La fréquence respiratoire

C’est le nombre de cycles respiratoires par minute, c’est-à-dire le nombre d’inspirations/expirations que réalise le cheval en 1 minute. Pour un cheval en bonne santé, on estime la fréquence respiratoire entre 10 et 14 par minute. Elle peut monter jusqu’à 45 par minute après un effort intense mais ne doit pas excéder cette valeur. La valeur de la fréquence cardiaque est un très bon indicateur de la santé du cheval. Les inspirations et expirations doivent être régulières, et le cheval ne doit pas sembler forcer pour respirer.

Pour mesurer la fréquence respiratoire d’un cheval, mouillez le dos de votre main, et placez la devant les naseaux du cheval. Le souffle chaud lorsque le cheval expire sera facilement ressenti par votre main, comptez alors le nombre d’expirations que vous percevez en 1 minute.

Pour repérer une atteinte pulmonaire, vous pouvez également observer les flancs du cheval pendant l’expiration : ils ne doivent pas se creuser excessivement, sinon cela signifie que le cheval contracte fortement ses muscles pour respirer, ce qui n’est pas normal. Cela peut être le cas par exemple chez les chevaux souffrant d’emphysème.

La fréquence cardiaque

Il s’agit du nombre de cycles cardiaques par minute, autrement dit, le nombre de contractions/relâchements du coeur en 1 minute.

Chez un cheval adulte en bonne santé, cette fréquence cardiaque est de 30 à 40 battements par minute, elle peut aller jusqu’à 70 chez le poulain et monter jusqu’à 160 battements par minutes après un effort. Toutefois, elle doit rapidement redescendre avec la récupération et ne doit alors plus excéder 50 bat/min.

Pour la mesurer, vous pouvez placer votre main au dessus de la pointe du coude, sous le muscle de l’épaule et compter le nombre de battement que vous sentez en une minute : 2 battements correspondent alors à un cycle du coeur , comptez alors le nombre de « double-battements ».

Vous pouvez également mesurer le pouls du cheval sous la ganache, entre les cuisses, ou au niveau du boulet.

Le pouls augmente durant un effort physique intense, mais doit rapidement diminuer ensuite. - ©  Kat Netzler

Le pouls augmente durant un effort physique intense, mais doit rapidement diminuer ensuite. – © Kat Netzler

 

Image principale : jdj150

Newsletter Cheval Partage
Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle ainsi que nos bons plans et jeux-concours !
Vos données ne seront pas vendues à des tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.


Commentairess 3

  1. Anne-Sophie 17 avril 2015
  2. brulé 9 mars 2016
    • kawelo 9 mars 2016